L'autorité de la concurrence annonce l'ouverture d'une "phase d'examen approfondi" dans le dossier SFR-Numericable, en raison "des doutes sérieux d'entraves à la concurrence". Les conclusions de cette enquête seront connues cet automne.

L'autorité de la concurrence pourrait-telle faire capoter le projet d'acquisition de SFR par Numericable, annoncé début avril par Vivendi pour un montant total de 17 milliards d'euros ? En tout cas, l'institution dirigée par Bruno Lasserre "considère que l'opération soulève des doutes sérieux d'entraves à la concurrence" sur le marché des télécoms et qu'il faut, en conséquence, ouvrir une "phase d'examen approfondi".

L'officialisation de cette enquête n'est pas une totale surprise. Lors d'une conférence survenue mi-juillet, le président de l'autorité de la concurrence a précisé les grandes étapes de la procédure, dont celle de la phase d'examen approfondi. En outre, quelques jours après l'annonce de Vivendi, Bruno Lasserre avait souligné avec quelle exigence l'autorité comptait aborder ce dossier.

Le verdict final sera connu cet automne. "Les textes prévoient que cet examen s'effectue en principe dans un délai de 65 jours ouvrés à compter de l'ouverture de [l'enquête], ce délai pouvant être allongé si nécessaire". Au cours de cette période, les avis de l'autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) et du conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) seront notamment sollicités.

L'autorité de la concurrence indique qu'une première consultation des acteurs du marché a déjà eu lieu et qu'autre, "élargie", sera réalisée. "L'Autorité procédera également, si cela s'avère nécessaire, à la consultation des acteurs du marché sur les remèdes qu'il conviendrait d'apporter à d'éventuelles atteintes à la concurrence".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés