Depuis la mise en place de son formulaire permettant aux Européens de faire jouer leur droit à l'oubli, Google a reçu pas moins de de 90 000 demandes en provenance du Vieux Continent entre le 30 mai et le 18 juillet. Toutefois, seule la moitié (environ 45 000) a été jugée recevable, selon une information obtenue par Reuters.

En revanche, les requêtes qui ont été rejetées sont visiblement très peu défendues. Seule une cinquantaine d'entre elles a effectivement fait l'objet d'un recours auprès d'un des régulateurs européens. L'on peut supposer que parmi les raisons qui dissuadent les Européens d'aller plus loin figure l'idée qu'ouvrir une procédure, par exemple auprès de la CNIL, est une tâche lourde et fastidieuse.

Ce sont les Français qui ont adressé le plus de requêtes à Google au cours de cette période, selon la source de Reuters. 17 500 demandes ont été recensées, contre 16 500 en Allemagne et 12 000 au Royaume-Uni. Plus loin dans le classement, on retrouve l'Espagne (8 000 demandes), l'Italie (7500) et les Pays-Bas (5500). Le détail des autres nations n'est pas connu.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés