L'émergence du Big Data en France est suivie avec attention par le ministère de l'économie et des finances, car ce nouveau secteur pourrait contribuer à créer 137 000 emplois d'ici 2020. Un plan visant à encourager l'adoption du Big Data a par ailleurs été validé la semaine dernière.

La France est visiblement sur la même longueur d'onde que Bruxelles concernant le Big Data. Alors que la Commission européenne a enjoint la semaine dernière les États membres à soutenir l'exploration et l'utilisation des données en grand nombre par les entreprises, les autorités hexagonales ont validé au même moment une nouvelle feuille de route (.pdf) en faveur de ce secteur.

Il faut dire que les enjeux sont gigantesques, ne serait-ce que d'un point de vue économique. Le ministère de l'économie et des finances estime en effet que "les actions du plan [Big Data] représentent un potentiel de création ou de consolidation de plus de 137 000 emplois d’ici 2020". Une perspective qui ne laisse évidemment pas insensible, dans une période de chômage de masse.

Concrètement, le plan validé lors du cinquième comité de pilotage de la Nouvelle France industrielle se découpe en quatre grandes parties :

  • Positionner la France comme le pays de référence dans le domaine du Big Data en associant à la fois des fournisseurs de technologies – essentiellement des PME et des startups, de grands groupes utilisateurs, mais également des instituts d'enseignement supérieur ;
  • Favoriser le développement d'un écosystème industriel compétitif dans le domaine du Big Data en facilitant l'accès des startups aux données de grandes entités publiques et privées, ainsi qu'aux infrastructures pour exploiter ces données ;
  • Lancer des initiatives visant à accélérer la diffusion du Big Data dans divers secteurs (tourisme, transport, énergie, assurance…) ;
  • Moderniser l'action publique grâce au Big Data.

Selon Bercy, ce plan "s'attachera enfin à adapter le contexte réglementaire et législatif à l'émergence des traitements de données massifs, dans un souci conjoint d’innovation et de respect de la vie privée de chacun".

Sur l'ensemble des actions composant le plan Big Data, la majorité doit être lancée cette année. C'est le cas par exemple de la formation de "data scientists", c'est-à-dire spécialistes dans la manipulation de données très volumineuses. Cela pourra par exemple se faire en créant un cursus particulier, soit dans la filière classique (master), soit dans le cadre d'un Mooc.

Le détail du calendrier peut être consulté ci-dessous (cliquez sur l'image pour la voir en grande taille) :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés