Alors que Google mise sur Android Auto et Apple compte sur CarPlay pour faire leur entrée dans les voitures connectées, la fondation Linux propose une alternative, baptisée : Automotive Grade Linux. Bâtie sur les principes du logiciel libre, elle est soutenue par quelques constructeurs, dont Nissan et Toyota.

Considérées comme l'avenir de l'automobile, les voitures connectées constituent indéniablement un nouveau territoire à conquérir pour les systèmes d'exploitation. Certaines entreprises de premier plan ont d'ailleurs déjà abattu leurs cartes, à l'image d'Apple, qui a présenté CarPlay ce printemps, et de Google, qui a dévoilé quelques mois plus tard sa riposte, baptisée Android Auto.

Mais les deux géants ne sont pas les seuls à s'intéresser aux véhicules connectés. La fondation Linux n'a par exemple pas l'intention de rester en retrait, d'autant que les deux premières solutions, CarPlay et Android Auto, sont soumises plus ou moins fortement au bon vouloir d'Apple et Google. D'où l'initiative Automotive Grade Linux, qui ne veut pas être qu'une simple solution de repli, mais bien une alternative.

CarPlay et Android Auto devraient être en effet très liés à la politique d'Apple et Google. L'initiative Automotive Grade Linux vise à proposer une solution nettement moins restrictive dans le développement des applications ou dans l'usage de l'O.S..

"Un changement majeur est en cours dans l'industrie automobile. Les constructeurs utilisent les nouvelles technologies pour répondre aux attentes des clients pour la même connectivité dans les voitures que ce qui est aujourd'hui la norme dans les maisons et les bureaux. Du tableau de bord informatique au divertissement en voiture (IVI), les autos deviennent les derniers appareils connectés – sur roues", lance la fondation.

L'initiative est évidemment soutenue par les membres de la fondation Linux, comme Samsung, Intel, Fujitsu, Nec et Texas Instument. Mais le projet a aussi convaincu des constructeurs : Nissan, Toyota, Land Rover et Jaguar. La liste des partenaires est certes moins conséquente pour l'instant que celle présentée par Apple et Google, mais c'est un début. Nul doute que d'autres prendront le train en marche.

L'alternative libre à CarPlay et Android Auto devrait se baser sur Tizen, le système d'exploitation open source porté par Samsung et Intel. La perspective de porter l'O.S. dans les voitures avait été évoquée dès sa présentation, en 2012.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés