L'ARCEP a publié sa quinzième enquête sur la qualité des services mobiles. Il en ressort que l'opérateur historique, à savoir Orange, se situe en tête de la plupart des mesures réalisées par le gendarme des télécoms. Free Mobile est en retrait par rapport aux autres, mais son arrivée sur le marché est survenue récemment.

Lundi, l'autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a publié sa quinzième enquête sur la qualité de service des opérateurs dans la téléphonie mobile. Réalisée en métropole, cette étude a pour la première fois intégré des mesures ciblant le très haut débit mobile (4G), en plus des contrôles habituels effectués en 3G.

L'ARCEP s'est intéressé au débit médian, rappelant qu'il s'agit du "débit minimum obtenu pour plus de la moitié des mesures". Le gendarme l'a calculé "sur l’ensemble des transferts de données qui n’ont pas échoué". L'ARCEP note que "les débits offerts en 3G par les opérateurs ont globalement augmenté d'environ 30 % par rapport à l'enquête précédente", à périmètre géographique comparable

Téléchargement : Orange nettement en tête

Dans ce domaine, Orange fait clairement la course en tête. Dans la quasi-totalité des mesures réalisées par le gendarme des télécoms, l'opérateur historique se hisse au-dessus de ses concurrents, parfois avec une avance confortable. C'est le cas pour la vitesse de téléchargement en 3G, avec un débit médian descendant de 9,3 Mbit/s contre 5,7 Mbit/s pour son opposant direct, Bouygues Telecom.

Ce dernier a d'ailleurs réussi à doubler SFR en 2012, alors qu'il partait de plus bas. Contrairement à Bouygues et Orange, la courbe de progression de la société française du radiotéléphone est la moins spectaculaire des trois. En débit médian descendant, SFR atteint 4,2 Mbit/s. C'est à peine plus que Free Mobile, à 4 Mbit/s, pourtant arrivé sur le marché de la téléphonie mobile il y a deux ans à peine.

Téléversement : Free se place en deuxième position

Concernant la vitesse d'envoi (ou téléversement), la compétition entre les opérateurs se joue dans un mouchoir de poche. Orange est certes en tête, mais avec une avance beaucoup moins affirmée que sur le terrain du téléchargement : 1,8 Mbit/s. Les trois autres suivent juste derrière, avec Free Mobile en deuxième position (1,4 Mbit/s), suivi de Bouygues (1,3 Mbit/s) et SFR (1,3 Mbit/s).

À la différence du débit médian descendant, le débit médian montant n'a pas beaucoup évolué au fil des années. Les différentes courbes depuis 2008 sont pratiquement plates. Un point sur lesquels les opérateurs s'avèrent peu entreprenants, malgré l'explosion de l'usage mobile et des raisons nécessitant un bon débit montant (vidéo à uploader, etc). La 4G devrait néanmoins résoudre ce problème.

Vidéo

Sur la capacité des opérateurs à permettre à leurs clients de visionner sans difficulté des vidéos de 2 minutes, Orange obtient un taux de réussite très proche des 95 %, même si un léger effritement se remarque depuis 2012. Cependant, l'on parle ici de l'épaisseur d'un cheveu, ce qui est pratiquement insignifiant. Le même constat peut être fait pour SFR, qui tourne autour des 90 %.

Bouygues Telecom et SFR sont les deux seuls opérateurs à ne pas voir leur taux de réussite diminuer. En fait, Bouygues connaît une progression constante depuis 2012, lui permettant de s'approcher très nettement de l'opérateur historique. D'ici un an, il pourrait même lui passer devant. Quant à Free, il fait preuve d'une remarquable régularité, bien que ce taux de réussite soit nettement moins bon (un peu plus de 80 %).

Navigation

Du côté de la session web de 5 minutes, tous les opérateurs connaissent une progression depuis 2012. Sur cette mesure-ci, c'est Bouygues qui est en tête, avec un taux de réussite autour de 95 %, suivi de très près par Orange, lui-même tout proche de ce seuil. Un peu plus loin se trouve SFR, qui avait déjà été doublé par Bouygues il y a quelques années auparavant.

Free Mobile de son côté ferme la marche. Le trublion des télécoms pourrait toutefois doubler SFR dès l'année prochaine, vu sa progression depuis 2012. Il faut dire que l'entreprise partait de vraiment très bas, avec un taux de réussite inférieur à 60 %. Mais le plus dur reste à venir : ce sont les dernières marches qui seront les plus difficiles à monter…

Voix et SMS

Concernant le taux des appels maintenus pendant deux minutes dans les agglomérations, les quatre opérateurs font pratiquement aussi bien les uns que les autres, tous se situant entre 95 et 100 %. Concernant les axes de transport (autoroutes, lignes ferroviaires), les opérateurs affichent un taux de réussite entre 80 et 90 %. Bouygues se distingue par un résultat plus bas que les autres.

Quant aux SMS, l'ARCEP remarque une dégradation depuis 2011 alors que les opérateurs affichaient un taux de réussite quasi-parfait. Orange, SFR et Bouygues Telecom restent néanmoins au-dessus de la barre des 95 %. Free, entré en 2012, est plutôt en retrait par rapport à ses concurrents.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés