Microsoft a déclaré vouloir embarquer Bing dans "l'expansion la plus ambitieuse de son histoire", en mettant enfin l'accent sur son développement international, trois ans après son lancement en France.

Microsoft a-t-il enfin décidé de s'attaquer véritablement au monopole de Google en France et dans le reste du monde ? Alors que son moteur de recherche Bing a environ 18 % de parts de marché aux Etats-Unis (30 % si l'on y ajoute Yahoo qui utilise le même moteur), en France, le service de Microsoft n'est utilisé que par 2 % des internautes, très loin derrière les 94 % d'utilisateurs de Google. Mais si l'on en croit une annonce d'emploi publiée par Microsoft (finalement supprimée mais toujours visible en cache), les choses pourraient changer.

Cherchant à recruter le futur directeur senior du développement commercial de Bing à l'international, Microsoft promet dans son annonce que "Bing s'embarque sur l'expansion géographique et de produits la plus ambitieuse de son histoire", et assure que "l'international est désormais à l'avant-plan chez Bing".

Microsoft dit avoir besoin de "faire de Bing un produit de qualité dans 75 marchés à travers le monde" pour créer des synergies avec ses propres produits et avec ses partenaires commerciaux. Il cite explicitement Windows 8 et Windows Phone (dont l'assistant Cortana repose sur Bing), la Xbox, Nokia et Yahoo.

Des objectifs de départ modestes

Le directeur du développement commercial aura par définition comme mission principale de signer un maximum d'accords en tous genres, y compris de licences de contenus (musique, films, applications, journaux…), mais il travaillera en lien avec l'équipe internationale de Bing pour améliorer la R&D — l'objectif étant évidemment de faire que Bing dégage le plus possible de bénéfice et donc d'orienter la présentation des résultats vers cet objectif, comme le fait Google.

Bing n'est officiellement arrivé en France qu'en 2011. A cette époque, Microsoft France expliquait que son ambition était seulement de gagner 5 points de parts de marché sur Google, sans se fixer de calendrier précis. "C'est un objectif que nous atteindrons dans la durée", expliquait Grégory Salinger, directeur des activités en ligne de Microsoft France. "Notre ambition est que Bing soit le plus français des moteurs de recherche sur le marché, qu'il soit le moteur le plus pertinent sur un certains nombre de thématiques importantes pour les internautes français". 

La firme a-t-elle revu ses ambitions à la hausse ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés