Avec l'arrestation de Peter Sunde, et se pose la question de l'avenir de Heml.is, le service de messagerie anti-NSA concocté par l'ancien porte-parole de The Pirate Bay. Si ses collègues reconnaissent que son indisponibilité va poser problème, ils assurent que le développement du logiciel va se poursuivre.

Début juin, Peter Sunde a été arrêté en Suède. Condamné en 2009 à un an de prison dans le cadre du procès des responsables de The Pirate Bay, l'ancien porte-parole du site de liens BitTorrent va donc passer les huit prochains mois (sa peine avait été réduite) de son existence enfermé. De ce fait, il se retrouve éloigné des projets qu'il avait érigés au fil du temps, comme Flattr et Heml.is.

Cette mise à l'écart forcée de Peter Sunde va-t-elle avoir un impact sur leur développement ? Dans le cas de Flattr, non : lancée en 2010, la plateforme dont le but est de rémunérer les créateurs de contenus par un système de dons est aujourd'hui pleinement fonctionnelle. En revanche, la conception de Heml.is pourrait en pâtir quelque peu et retarder l'arrivée de ce projet de messagerie sécurisée anti-NSA.

Dans un message publié quelques heures après l'arrestation de Peter Sunde, les deux autres membres impliqués dans le projet (Leif Högberg et Linus Olsson) ont tenu à se montrer rassurant. Non, l'arrestation de leur collègue et sa détention pendant les huit prochains ne vont affecter Heml.is. Néanmoins, ils reconnaissent que la nouvelle leur a mis un coup au moral.

"L'emprisonnement de Peter ne va pas directement affecter la sortie de Heml.is, mais il nous affecte néanmoins en tant qu'individus et en tant qu'équipe. Tout est actuellement dans la tourmente, mais nous faisons de notre mieux pour remettre les choses sur les rails et faire en sorte que Heml.is arrive sur vos appareils", ont commenté les deux hommes.

Actuellement, Heml.is est en phase de test fermée. Il n'est pour l'instant pas prévu d'étendre cette expérimentation au plus grand nombre (bêta ouverte) car selon Leif Högberg et Linus Olsson, Apple ne l'autorise pas. Pour avoir plus de 100 appareils bénéficiant de Heml.is, il faut publier l'application sur l'App Store. Ce qu'ils ne veulent pas faire pour le moment.

Le développement Heml.is a démarré après l'appel de Peter Sunde pour financer ce projet. Soutenu par de nombreux internautes, le logiciel doit fournir un haut niveau de confidentialité afin de permettre à des usagers de converser sans que leurs propos ne soient pris dans la surveillance de masse. Outre une application iOS, une déclinaison Android est prévue (mais pas de version web).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés