La pétition adressée aux autorités françaises demandant l'accueil d'Edward Snowden comme réfugié politique a atteint les 150 000 signatures.

François Hollande entendra-t-il ce puissant appel ? Rien n'est moins sûr ! Alors que la pétition demandant aux autorités françaises d'accorder l'asile politique à Edward Snowden a atteint un nouveau cap ce mardi 10 juin, en dépassant la barre des 150 000 signatures une semaine après sa publication sur le site Change.org, le gouvernement n'a manifesté aucun signe d'inflexion dans sa politique.

Née à l'initiative de l'hebdomadaire l'Express, la pétition n'a pas seulement été soutenue par 150 000 personnes. De nombreuses personnalités de la classe politique, des journalistes, des chercheurs, des philosophes et des écrivains ont également apporté leur appui en faveur de l'accueil du lanceur d'alerte américain sur le territoire national.

Ce n'était pas une mince affaire de faire émerger une pétition en particulier, car le net en regorge, ce qui favorise la fragmentation des soutiens. Pour le seul site Change.org, il y en a plus de 300, selon un responsable interrogé par Slate. Celles-ci proviennent des États-Unis, d'Allemagne, d'Islande, de Nouvelle-Zélande…et d'ailleurs. Et en général, elles ne recueillent pas plus de quelques milliers de voix.

Mais si le gouvernement français est défavorable à l'asile politique d'Edward Snowden, comme l'a rappelé Manuel Valls la semaine dernière, l'opinion du premier ministre pourrait toutefois n'avoir aucune espèce d'importance. Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS, estime en effet que l'asile constitutionnel permettrait de lancer la procédure, même si l'intéressé n'est pas sur le sol français.

"Il n'implique pas la présence en France du demandeur persécuté. Où qu'il se trouve dans le monde, s'il combat pour la liberté, la France déclare lui offrir sa protection. Depuis 1998, sur le seul fondement de l'asile constitutionnel, plus de 50 combattants étrangers pour la liberté ont ainsi trouvé refuge dans notre pays", a-t-il ainsi expliqué, même si ce droit, plus protecteur, est aussi moins simple à obtenir.

Si la pétition en faveur d'Edward Snowden a beaucoup fait parler d'elle ces derniers jours, il convient de rappeler l'existence d'une autre initiative lancée par deux sénatrices UDI : les deux parlementaires ont en effet déposé une proposition de résolution réclamant qu'Edward Snowden, en plus de son accueil en France, soit proclamé citoyen d'honneur de la République française.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés