Un an après les premières publications dans la presse relatives aux activités de la NSA, une opération a été lancée aux États-Unis. Celle-ci appelle à "réinitialiser le net" en invitant les internautes à ne plus demander leur droit à la vie privée, mais à le reprendre directement.

Il y a un an était publié le tout premier article révélant la collecte, par la NSA, des données téléphoniques de millions d'abonnés chez Verizon, un important opérateur téléphonique américain. Suite à cette première bombe médiatique, d'autres suivront, dévoilant chaque jour un peu plus les programmes de surveillance électronique utilisés par les agences de renseignement occidentales.

Nous sommes le 5 juin 2014. Douze mois après la sortie des premiers papiers sur l'espionnage de masse, et dont la publication se poursuit encore aujourd'hui, où en est-on ? Une pseudo-réforme de l'agence nationale de sécurité a eu lieu, sans véritable portée, et l'opacité reste de mise. Malgré un contexte en apparence défavorable, d'aucuns appellent à "réinitialiser le net".

Aux États-Unis, une campagne a lieu ce jour se rappeler au bon souvenir de la classe politique afin de l'obliger à engager une véritable révision des activités de la NSA mais aussi pour encourager les utilisateurs à se protéger. Après tout, les citoyens ne devraient pas attendre que les gouvernements agissent en faveur de la vie privée. À eux de reprendre leur droit, en misant notamment sur la technique.

À cette occasion, une déclaration d'Edward Snowden transmise par son avocat a même été publiée, et dont la traduction a été effectuée par les volontaires de Framablog. La voici in extenso :

Il y a un an, nous avons appris que l’Internet est sous surveillance, que nos activités sont surveillées pour créer des dossiers permanents sur nos vies privées — peu importe si nos vies sont celles de gens ordinaires qui n’ont rien à se reprocher…

Aujourd’hui, nous pouvons commencer à agir efficacement pour arrêter la collecte de nos communications en ligne, même si le Congrès des États-Unis ne parvient pas à l’obtenir. C’est pourquoi je vous demande de vous joindre à moi le 5 Juin pour la Réinitialisation du Net, quand les gens et les entreprises du monde entier vont se concerter pour concevoir des solutions technologiques qui pourront mettre un terme aux programmes de surveillance de la masse de n’importe quel gouvernement. C’est le début d’une période où nous les peuples commençons à protéger nos droits universels humains avec des lois naturelles plutôt qu’avec les lois des nations.

Nous avons la technologie  : adopter le chiffrement est la première mesure efficace que tout le monde peut prendre pour mettre fin à la surveillance de masse. C’est pourquoi je suis très heureux pour l’opération Réinitialiser le net — il marquera le moment où nous nous transformerons une expression politique en action concrète et où nous nous protégerons en agissant à grande échelle.

Rejoignez notre action le 5 Juin, et ne demandez pas le droit à votre vie privée. Reprenez-le.

L'initiative visant à "réinitialiser le net" rassemble un certain nombre d'entreprises, d'associations et d'organisations, parmi lesquelles l'ACLU, DuckDuckGo, l'EFF, Amnesty International, la FSF, Greenpeace, Qwant, le parti pirate ou encore Mozilla. On relèvera aussi la présence de Google, alors que la société est directement impliquée dans certaines activités de la NSA.

Sur le site principal, vous trouverez des informations sur la stratégie derrière cette initiative (le problème, la solution, le plan), des idées d'action (encourager l'adoption du SSL, du HSTS, du PFS, soutenir l'usage d'outils permettant le chiffrement de bout en bout, faire passer le mot sur les réseaux sociaux et "IRL", prendre des mesures similaires au niveau des smartphones…).

Bien sûr, face aux capacités de la NSA, empêcher toute surveillance est impossible. L'objectif n'est de toute façon pas celui-là. Il s'agit de rendre l'espionnage de masse trop coûteux pour poursuivre dans cette direction, en compliquant le travail des agences de renseignement. Cela les forcerait à cibler les individus réellement suspects au lieu de scruter toute la population.

Une foire aux questions est disponible, avec notamment un pack de confidentialité. Divers outils sont proposés, incluant Adium et Pidgin pour la messagerie instantanée sécurisée, Textsecure et Redphone pour la protection des conversions et des SMS, HTTPS Everywhere pour la navigation, GPGtools et Enigmail pour le courrier et TOR pour l'anonymat.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos