Lors du WWDC 2014, Apple a dévoile Healthkit, sa base de données centralisée dans laquelle les utilisateurs retrouveront les données médicales qui les concernent, collectées avec leur iPhone ou autres objets connectés. Des dizaines d'établissements hospitaliers sont déjà partenaires.

Samsung lui avait grillé la politesse quelques jours auparavant en dévoilant SAMI et son Simband, mais l’objectif et la méthode sont bien les mêmes. A l’occasion de sa conférence WWDC 2014 réservée aux développeurs, dédiée au nouvel Mac OS X Yosemite et à iOS 8, Apple a levé le voile sur HealthKit, sa base de données regroupant les informations de santé des utilisateurs.

Sur le modèle du Game Center, mais avec des données incommensurablement plus sensibles, Apple propose aux développeurs d’applications et aux fabricants d’objets connectés destinés à la médecine personnalisée de stocker toutes les données issues des capteurs de santé dans HealthKit, pour que l’utilisateur puisse toutes les consulter ensemble, dans l’application « Health ».

Mais pas seulement l’utilisateur.

Glissant la chose entre deux annonces comme si le fait était anodin, Apple a ainsi dévoilé très rapidement toute une liste d’établissements privés ou publics aux Etats-Unis, qui intégreront HealthKit pour permettre aux professionnels de santé de travailler à partir des données stockées dans la base. En France, les mutuelles de santé commencent déjà à intégrer les objets connectés, avec en ligne de mire la possibilité de dérembourser les soins des clients qui ne prennent pas soin d’eux, ou d’offrir des avantages à ceux qui se conforment aux recommandations comportementales.

Pour le moment, aucun détail n’a été communiqué sur le lancement européen du service, ou sur les règles de protection de la vie privée qui seraient appliquées aux données. Les informations viendront probablement avec le lancement de l’iWatch, qui promet d’être le premier vrai gadget d’Apple destiné à collecter des données médicales.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés