En pleine promotion de son dernier ouvrage revenant sur l'affaire Snowden, le journaliste Glenn Greenwald a assuré que "l'histoire la plus explosive" concernant la surveillance de masse n'a pas encore été publiée. Il promet aussi de futures révélations sur la France.

Voilà bientôt un an que les programmes de surveillance électronique de la NSA et des principales agences de renseignement occidentales ont été révélés au monde. Depuis juin 2013, de nombreuses informations ont été diffusées par le Guardian et le Washington Post, les deux journaux qui ont obtenu les documents soustraits par Edward Snowden, permettant de découvrir à quel point l'espionnage a pris un tour effrayant.

Pourtant, "l'histoire la plus explosive" n'a pas encore été publiée dans la presse. C'est du moins ce qu'a assuré Glenn Greenwald, lors de son passage en France pour la promotion de son dernier ouvrage : "Nulle part où se cacher – l'affaire Snowden par celui qui l'a dévoilée au monde". Au micro d'Europe 1, l'Américain a expliqué être en train d'y travailler, ajoutant que la France aura droit à son lot de nouvelles découvertes.

Le journaliste n'a évidemment pas dit sur quoi porterait exactement son nouvel article, mais a toutefois laissé entendre que celui-ci pourrait inclure une liste de personnes faisant l'objet d'une surveillance spécifique de la NSA. Le papier devrait, selon lui, répondre en particulier "à la question de qui est ciblé", bien que la réponse pourrait être en fait "tout le monde" au regard des moyens colossaux de la NSA

"Est-ce que ce sont vraiment des terroristes qui sont ciblés, où est-ce que ce sont des gens qui critiquent le gouvernement américain, est-ce que ce sont des enseignements ou des gens qui sont en faveur des droits de l'Homme ?", s'est interrogé Glen Greenwald, qui estimait que le terrorisme n'est qu'un "prétexte" pour justifier la surveillance globale, qui sert en fait à d'autres fins.

Il y a deux semaines, Glenn Greenwald avait déjà promis des révélations encore plus spectaculaires lors d'un entretien accordé à Al Jazeera. Il y aurait selon lui encore plusieurs milliers de documents à traiter et à synthétiser (jusqu'à 20 000). Ce processus prend du temps, du fait de la masse de fichiers récupérés par Edward Snowden, mais aussi vu leur complexité ou de leur caractère sensible.

La publication de ces documents a été récompensée par un prix Pulitzer aux États-Unis et a suscité les félicitations de Reporters Sans Frontières.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos