Le Parti Pirate perd un siège au Parlement Européen. Alors que les deux anciens élus suédois ont essuyé un échec, c'est la candidate allemande Julia Reda qui devient la seule eurodéputée du Parti Pirate.

Ni envolée ni effondrement. A l'échelle européenne, le Parti Pirate a réussi dimanche à conserver un siège de député européen, sur les deux qu'il détenait depuis les dernières élections de 2009. Mais il ne doit cette demie satisfaction qu'au succès du Parti Pirate allemand, qui a su combler la chute annoncée du Pirat Partiet suédois

Alors que les pirates étaient représentés par Amelia Andersdotter et Christian Engström, c'est désormais Julia Reda qui portera le drapeau pour demander une meilleure protection des droits sur Internet, et une plus grande transparence dans le fonctionnement démocratique. Agée de seulement 28 ans, étudiante en sciences politiques et en journalisme, Julia Reda fut membre du Parti Social Démocrate (SPD) dès ses 16 ans, et avait décidé en 2009 de rejoindre le Parti Pirate. Sa liste a remporté 1,4 % des suffrages.

"Les pirates sont le parti de la révolution numérique. Éduqués sur internet, nous y faisons l’expérience de valeurs, qui imprègnent notre projet de société. Nous voulons une Europe, qui sera sans frontière et nous rapprochera et non d’un internet confiné dans les frontières de l’Europe", avait-elle écrit dans une tribune publiée en début d'année. "Nous pensons qu’il ne doit pas y avoir de rapport de force entre les autorités et les individus et nous nous engageons pour l’abolition de ces frontières et de cette surveillance. Nous avons démontré de longue date, qu’un système de codécision numérique peut rendre possible la prise de décisions complexes par des milliers d’individus. Nous avons reconnu l’importance d’un accès à internet sans discrimination pour tous les individus."

Le Parti Pirate est passé de peu d'arracher un deuxième siège en République Tchèque, où la liste a atteint 4,78 % des voix, proche du seul des 5 % nécessaires à un mandat d'eurodéputé.

Sur son blog, le fondateur du Parti Pirate Rick Falkfinge se veut optimiste au regard des résultats. Il note que contrairement à 2009 où la section suédoise fut la seule véritablement présente dans les urnes (avec un score impressionnant de 7,13 % à l'époque), cette année sept partis pirates ont obtenu des scores proches des seuils nécessaires à envoyer un député à Bruxelles. "C'est un grand progrès", assure-t-il. "Et un progrès douloureusement lent, puisqu'il n'a pas résulté dans de (nouveaux) sièges, mais le monde politique tend à être à ce point douloureusement lent pour les gens qui viennent d'Internet".

En France, les résultats du Parti Pirate ont été très faibles, avec moins de 0,5 % de voix là où il était représenté (nous y reviendrons en détails).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés