Blizzard a déposé plainte contre des développeurs qui ont mis au point des outils de triche dans StarCraft 2. Ces logiciels nuisent à l'expérience multijoueur et faussent la compétition en ligne, selon le studio américain.

Depuis la sortie de StarCraft 2 en juillet 2010, Blizzard intervient régulièrement contre des joueurs suspectés de triche. Si la grande majorité des représailles initiées par le studio américain se résume à des exclusions temporaires ou définitives, il arrive parfois qu'une infraction des conditions d'utilisation (en particulier celles de Battle.net, la plateforme de jeu de la société) entraîne une réaction plus sérieuse.

On se souvient par exemple que Blizzard a porté plainte en octobre 2010 contre trois développeurs accusés d'avoir conçu des outils de triche pour ensuite en tirer profit. Ceux qui utilisaient ces programmes, en plus de violer le contrat de licence utilisateur final (CLUF) et les conditions d'utilisation, faussaient l'expérience multijoueur en rendant les parties déloyales.

Quatre ans plus tard, l'entreprise vient d'entamer une nouvelle action en justice. Signalée par Kotaku, la plainte vise un groupe de programmeurs non-identifiés qui est accusé d'avoir mis au point un ensemble d'outils de triche utilisant les défaillances et les failles du jeu et de Battle.net pour permettre de surpasser un adversaire sans avoir besoin de le vaincre à la régulière.

Cet ensemble d'outils est baptisé MapHack et est fourni par le forum ValiantChaos (a priori uniquement accessible dans une section privée, dont l'accès est payant : 62,50 dollars). Blizzard ne précise pas comment il a eu connaissance de ce hack. Il est possible que celui-ci ait été détecté lors du contrôle de la mémoire vive de l'ordinateur du joueur, lorsque StarCraft 2 était actif.

Blizzard s'autorise en effet à "contrôler la mémoire vive" afin de rechercher des programmes non autorisés "fonctionnant en même temps que le jeu". Obligatoire, ce balayage se déroule uniquement lorsqu'un jeu Blizzard est actif sur le PC ; le joueur accepte en effet cette clause lorsqu'il procède à l'enregistrement de son compte. Clause qui est répétée ensuite lors du premier lancement du jeu et à chaque patch.

En outre, les conditions d'utilisation de Battle.net précisent que "vous ne créerez ni n’utiliserez des codes de triche, des logiciels d’automatisation (bots), des « hacks », des « mods », ou tout autre logiciel tiers non autorisé conçu pour modifier le service, le jeu ou l’expérience de jeu".

Rappelons que dans StarCraft 2, la triche est uniquement tolérée en dehors de Battle.net et son utilisation est particulièrement encadrée. Il existe en effet des "cheat codes" officiels qui peuvent être utilisés dans la campagne ou dans certaines parties hors ligne (contre l'ordinateur, par exemple).

Ces codes donnent accès à des avantages (invincibilité, minerais supplémentaires, gaz supplémentaire…). et peuvent être utilisés en toute légalité. Mais attention : ils interdisent l'accomplissement des hauts faits, par exemple achever la campagne dans le dernier niveau de difficulté. Ces accomplissements, qui donnent une idée du niveau du joueur, doivent en effet être obtenus normalement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés