La France aura désormais son propre administrateur général des données (CDO, chief data officer). Suite au conseil des ministres du mercredi 21 mai, la ministre de la décentralisation, de la réforme de l'État et de la fonction publique, Marylise Lebranchu, a confirmé la création de ce nouveau poste dans un communiqué de presse (.pdf).

D'après le gouvernement, la France devient le "premier État européen à se doter de cette fonction" même s'il reconnaît volontiers que ce poste existe déjà dans certaines entreprises et au niveau des collectivités locales. Parmi ses attributions, cet administrateur sera "autorisé à connaître les données détenues par l'administration de l'État et ses opérateurs" et devra en particulier :

  • organiser une meilleure circulation des données dans l'économie comme au sein de l'administration dans le respect de la vie privée et des différents secrets légaux ;
  • veiller à la production ou à l'acquisition de données essentielles ;
  • lancer des expérimentations pour éclairer la décision publique ;
  • diffuser outils, méthodes et culture de la donnée au sein des administrations et au service de leurs objectifs respectifs.

Selon Le Monde, c'est Henri Verdier, l'actuel président d'Etalab, une mission lancée début 2011 pour la mise en place du futur portail Data.gouv.fr dédié à la mise à disposition des données publiques de l'État, qui devrait être désigné à ce poste. Cette information, ainsi que le périmètre exact de ses prérogatives, seront précisés ultérieurement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés