Le Parti Pirate sera présent dans six des huit circonscriptions françaises pour les élections européennes, qui se dérouleront à la fin du mois de mai. D'autres candidats seront également en lice dans divers pays européens, et tous présenteront le même programme.

Il faudra compter sur le Parti Pirate lors des prochaines élections européennes, qui auront lieu du 22 au 25 mai 2014. Le jeune mouvement va en effet présenter des listes dans plusieurs pays du Vieux Continent, dont la France. Dans un communiqué publié ce vendredi, la formation politique précise qu'elle sera présente dans six des huit circonscriptions nationales.

  • En Île-de-France, où quinze sièges sont en jeu, la liste est conduite par Véronique Vermorel. Cette circonscription inclut les Français vivant à l'étranger ;
  • Dans le Nord-Ouest, où dix sièges sont en jeu, la liste est menée par Didier Urschitz ;
  • Dans la circonscription Massif Central-Centre (cinq sièges), le Parti Pirate est représenté par Paul Berettoni ;
  • Dans le Sud-Est, qui bénéficie de treize sièges, la formation est emmenée par Valérie Dagrain ;
  • Dans le Sud-Ouest, qui dispose de dix sièges, c'est Éric Mahuet qui est tête de liste ;
  • Outre-Mer, qui a droit à trois sièges, le Parti Pirate sera incarné par Marie-France Gallet.

Le Parti Pirate ne sera donc pas présent dans l'Ouest et l'Est, qui pourtant disposent chacun accès à neuf sièges. Malgré tout, la présence du mouvement dans la grande majorité des circonscriptions est déjà une petite victoire, d'autant qu'il s'agit-là de la toute première participation du Parti Pirate français aux élections européennes, dont les règles de composition sont strictes.

"Les règles de composition des listes (paritaires et alternées) exigent deux fois plus de candidats que de sièges à pourvoir et rendent l’exercice difficile pour les partis émergents", est-il expliqué. Désormais "considéré comme un compétiteur national", le Parti Pirate "aura ainsi le droit de défendre ses idées avec les mêmes moyens audiovisuels que les autres formations".

Outre la France, des pirates seront candidats en Espagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Luxembourg, en Pologne, en Finlande, en Suède, en Estonie, en Autriche, en République Tchèque, en Slovénie et en Croatie. En fonction du découpage électoral, les circonscriptions nationales peuvent être limitées à une région ou couvrir le pays entier.

Au total, le Parti Pirate envoie 115 personnes dans l'arène politique. Signataires de diverses chartes, pactes et codes de bonne conduite, ces derniers ne bénéficieront pas des mêmes moyens que les principaux partis. Aussi le Parti Pirate prévient-il qu'un "appel aux dons permettra aux militants de soutenir financièrement la campagne du Parti et de contribuer à son succès".

Chose assez inhabituelle, mais remarquable au regard de la dimension communautaire du scrutin, le Parti Pirate est la seule formation qui présentent des listes qui défendent un projet unique pour une "Europe des citoyens basée sur le partage et la coopération".

Sur le plan des idées, le Parti Pirate compte défendre en particulier la "participation citoyenne, la transparence de la vie publique, la protection de la vie privée et des droits civiques, la réforme du droit d’auteur et du droit des brevets, le renforcement du droit d’asile, la prise en compte des intérêts des PME dans les accords commerciaux négociés par l’Union Européenne" (TAFTA).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés