Time4Popcorn est disponible sur Android. Successeur officieux de Popcorn Time, ce nouveau projet géré par d'autres personnes que les concepteurs initiaux soulève quelques inquiétudes. En outre, ses jours paraissent comptés sur Google Play : Google tolérera-t-il longtemps une application mobile décrite comme le "Netflix du piratage" ?

Décrit dans la presse comme le "pire cauchemar d'Hollywood" ou le "Netflix du piratage", Popcorn Time était un logiciel de téléchargement illégal de films qui a été très rapidement mis hors d'état de nuire par l'industrie cinématographique, dès que celle-ci a eu connaissance de son existence. Il faut dire que ce programme était particulièrement bien pensé pour récupérer des œuvres sans aucune autorisation.

Popcorn Time permettait en effet de télécharger des films via le protocole BitTorrent en toute illégalité. Les contenus n'étaient pas fournis par l'équipe en charge du projet, mais étaient en fait récupérés ailleurs. D'un certain point de vue, Popcorn Time n'était qu'un simple intermédiaire, présentant dans une interface minimaliste et efficace des fichiers torrents collectés sur d'autres sites.

Ainsi, Popcorn Time listait des films distribués par le groupe YIFY et qui étaient notamment hébergés sur Mega, remplissait la fiche de chaque long-métrage à partir des données de TheMovieDB et utilisait OpenSubtitles pour récupérer les sous-titres en différentes langues. Redoutable pour l'offre légale, Popcorn n'était pas illicite… selon ses auteurs. Et si Popcorn Time a disparu, des clones sont dans les starting blocks.

C'est le cas de Time4Popcorn, qui a mis au point une déclinaison Android de Popcorn Time. Disponible depuis le 8 mai sur Google Play, l'application fonctionne comme le projet initial. Dans la description qui accompagne le logiciel, il est indiqué que la prise en compte de la clé HDMI Chromecast est prévue dans les prochains jours. Il est aussi rappelé qu'il s'agit d'une version beta, donc susceptible de rencontrer des défaillances.

Des doutes sur la fiabilité Time4Popcorn…

Comme le pointe Lifehacker, qui reprend une discussion démarrée sur Reddit, ceux qui ont mis au point le successeur de Popcorn Time ne sont pas liés aux développeurs du projet initial. Le site note par exemple que "l'application utilise du code côté serveur et, comme avec n'importe quelle application, il est possible que celle-ci puisse un jour être modifiée avec un code malicieux".

Sur Reddit, l'internaute à l'origine de la mise en garde explique que "Time4Popcorn utilise un système de serveur centralisé qui peut le rendre vulnérable à des procédures de notification et de retrait de contenu illicite, des portes dérobées et autres codes malicieux". L'auteur précise toutefois "qu'à l'heure actuelle, aucun code nuisible n'a pour l'instant été trouvé dans Time4Popcorn".

…dont la nuisance n'est pas encore prouvée

Il convient toutefois de noter qu'une (partie) du source de l'application mobile est disponible sur GitHub, qu'il s'agisse de la déclinaison Android ou des modules complémentaires pour Firefox, Google Chrome et Internet Explorer. Une vérification du code source, au moins partielle, par la communauté peut ainsi être engagée, afin de vérifier ce que fait exactement l'application.

Il faut aussi noter que Google propose depuis la mi-avril une nouvelle fonctionnalité pour Android qui permet de vérifier le comportement des applications sur tous les terminaux embarquant au minimum la version d'Android 2.3 (Gingerbread), mais aussi sur sa boutique en ligne. Si ce nouveau service n'offre pas une protection parfaite, il limite néanmoins un peu plus le risque d'un incident avec Popcorn Time.

L'avenir de Popcorn Time sur Google Play risque néanmoins d'être de courte durée. La firme de Mountain View est très sollicitée par les titulaires de droits d'auteur, qui souhaitent la voir lutter toujours plus contre le téléchargement illicite. Même à supposer que Popcorn Time est licite, il n'est pas certain que Google tolère bien longtemps sa présence dans sa boutique en ligne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés