Reporters Sans Frontières publie une liste des cent "héros de l'information". Dans cette sélection 2014 figurent Julian Assange, qui est le visage de Wikileaks, ainsi que Glenn Greenwald et Laura Poitras, les deux contacts privilégiés d'Edward Snowden.

Le 3 mai prochain aura lieu la journée internationale de la liberté de la presse. À cette occasion, Reporters sans frontières publie pour la première fois une liste (RSF) des cent personnalités considérées comme des "héros de l'information". Parmi elles figurent Julian Assange, le fondateur et porte-parole de Wikileaks, ainsi que Glenn Greenwald et Laura Poitras, qui ont été les contacts privilégiés d'Edward Snowden.

Julian Assange, réfugié dans l'ambassade d'Équateur à Londres depuis bientôt deux ans, s'est principalement distingué lors de la publication sur Wikileaks de centaines de milliers de documents militaires relatifs à l'Irak et à l'Afghanistan (war logs) et de télégrammes diplomatiques américains (cablegate), en coopération avec plusieurs grands quotidiens occidentaux.

Si Wikileaks a d'autres faits d'armes à son actif, c'est surtout ces diffusion qui ont forgé la réputation du site lanceur d'alerte. Ouvert en 2006, Wikileaks est dans le collimateur des autorités américaines. Julian Assange lui-même est accusé de terrorisme et d'espionnage, tandis que le site a subi un blocus financier et a été jugé "indésirable" en France.

De leur côté, Glenn Greenwald (ex-du Guardian, désormais actif sur The Intercept) et Laura Poitras (documentariste) sont à l'origine des révélations concernant les pratiques de surveillance massive des services de renseignement de sécurité américains et britanniques, en donnant de l'écho aux documents récupérés par Edward Snowden.

Glenn Greenwald a été la toute première personne à avoir été contactée par Edward Snowden, fin 2012. C'est lui qui a ensuite mis Laura Poitras et Barton Gellman (ancien du Washington Post) dans la boucle au cours du premier semestre 2013. Leur remarquable travail sur les éléments dérobés par l'ex-contractuel de la NSA a notamment permis au Guardian et au Washington Post d'obtenir le Prix Pulitzer 2014.

RSF estime que ces trois personnes, ainsi que toutes les autres de la liste, sont "dotées d'un courage exemplaire" et "contribuent, par leur travail ou leur combat, à promouvoir la liberté [consistant] à chercher, à recevoir et à répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit”, en mettant "leur idéal au service du bien commun".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés