Google a présenté en vidéo les avancées de son projet de voiture autonome, c'est-à-dire capable de se conduire elle-même. La firme de Mountain View a en particulier souligné les progrès de son prototype en ville, zone où peuvent survenir de nombreuses situations inattendues au moment de la conduite.

Depuis plus de quatre ans, Google travaille sur des voitures automatiques qui n'ont plus besoin de l'assistance d'un conducteur pour circuler. Le projet, évoqué pour la première fois en octobre 2010, avait fait sensation puisque le véhicule, soutenu par des détecteurs de mouvement, un GPS, des radars, des caméras et un ordinateur de bord, avait atteint pratiquement la vitesse de 100 km/h.

À la suite de la présentation de sa nouvelle initiative, Google a fait parcourir des dizaines de milliers de kilomètres à ses prototypes et améliorer progressivement la technologie nécessaire à leur déplacement en toute autonomie. Et entre temps, nombre d'acteurs dans la construction automobile se sont ensuite manifestés pour montrer à leur tour leurs projets dans ce domaine.

Comme toujours, tous les tests ne se valent pas. Il est ainsi plus simple de faire une démonstration sur des trajets relativement simples, comme une autoroute (trajectoire très rectiligne, changements de file peu fréquents, distance entre les véhicules importante…) ou dans un parking (vitesse réduite au minimum), qu'en plein centre-ville, où peut survenir des tas d'évènements.

La conduite automatique en ville constitue indéniablement l'un des gros défis pour l'industrie automobile. Mais les choses s'améliorent, en témoigne la dernière vidéo de Google. Celle-ci présente une voiture autonome circuler dans les rues de la ville californienne. L'occasion de montrer comme le système se débrouille dans un environnement très urbanisé, donc très fréquenté.

Dans la vidéo, on voit ainsi la vidéo gérer une zone en travaux, une voiture arrêtée sur le bas-côté, le franchissement d'un passage à niveau, le trajet des cyclistes, notamment lorsque ces derniers indiquent un changement de direction et se ravisent ou à des intersections. L'ordinateur de bord prévoit même les cyclistes venant de l'arrière et remontant toute la file de voitures arrêtés.

"Nous avons toujours beaucoup de problèmes à résoudre, y compris enseigner au véhicule la capacité de circuler dans plus de rues de Mountain View avant de nous attaquer à une nouvelle ville, mais des milliers de situations dans les rues qui nous auraient déconcertés il y a deux ans peuvent désormais être gérées de manière autonome", a indiqué Chris Urmson, le directeur du projet.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos