Quand l'une des plus importantes chefs d'entreprises française décide de prendre la tête d'une start-up spécialisée dans la connectivité des objets, c'est plus qu'une anecdote. C'est un signal.

C'est un signal très fort envoyé à l'écosystème numérique français et aux entreprises qui se placent sur le marché émergeant des objets connectés. L'ancienne présidente du groupe nucléaire Areva Anne Lauvergeon, qui avait remis l'an dernier à Jean-Marc Ayrault un rapport sur l'innovation à horizon 2030, a choisi de poursuivre sa carrière de grand patron dans une start-up inconnue du grand public.

Un temps pressentie pour succéder à Stéphane Richard à la tête d'Orange, Anne Lauvergeon a été nommée présidente du conseil d'administration de Sigfox, un opérateur télécoms à bas débit spécialisé dans l'internet des objets, qui vient de lever 15 millions d'euros pour assurer son développement international. Ce ne sera pas sa première mission dans l'industrie des télécoms, puisque Anne Lauvergeon avait été directrice adjointe d'Alcatel à la fin des années 1990.

"Forte de son expérience industrielle, son expertise des marchés internationaux, sa connaissance de l’innovation et de l’Internet des objets, Anne Lauvergeon accompagnera SIGFOX pour l’aider à accélérer son développement", indique sobrement le communiqué qui confirme sa nomination.

Dans son rapport sur l'innovation remis en octobre 2013, Anne Lauvergeon indiquait que "le nombre d’objets électroniques mobiles sera multiplié par un facteur situé entre 10 et 30 au cours des 10 prochaines années". Elle citait rapidement Sigfox, en écrivant que "la France abrite plusieurs sociétés de niveau international, notamment dans le domaine de l’Internet des objets (Withings, Sigfox, Parrot, …) qui n’ont rien à envier à leurs concurrents".

(photo : CC tangi_bertin)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés