L'encyclopédie libre et gratuite Wikipédia vient de franchir le cap des 1,5 million d'articles rédigés en langue française, faisant de cette version la cinquième plus importante derrière les variantes anglaise, néerlandaise, allemande et suédoise.

C'est avec un petit encart que le visiteur est prévenu : "depuis le 28 avril, Wikipédia en français compte plus d’un million et demi d’articles !". Trois ans et demi après le précédent seuil symbolique, celui du million d'articles, la version française de l'encyclopédie libre et gratuite vient donc de franchir une nouvelle étape dans son existence, illustrant le dynamisme des contributeurs francophones.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, l'identité de l'article qui a permis à Wikipédia en français de franchir le cap des 1,5 million d'articles n'est pas encore sûre. Dans les pages de discussion de la communauté, une discussion informelle a évoqué quelques candidats : De la boue et des hommes‎, Zaonejie‎, La Femme du commandant‎, La Panne (épisode de Firefly et Galette bretonne (biscuit).

Aujourd'hui, Wikipédia dans la langue de Molière est le cinquième plus gros projet en nombre d'articles, derrière les versions anglaise (4,50 millions), néerlandaise (1,77 million), allemande (1,71 million) et suédoise (1,61 million). Derrière, on retrouve Wikipédia en russe (1,18 million), en espagnol (1,09 million) et en polonais (1,04 million). Ces branches sont les seules à avoir franchi le cap du million de sujets.

Jusqu'à une époque récente, la variante française de l'encyclopédie était classée troisième, mais c'était sans compter l'enthousiasme des participants néerlandais et suédois, qui ont fait preuve d'un allant tout à fait remarquable pour rattraper puis doubler les versions allemande et française. À ce sujet, une page regroupant diverses statistiques est disponible par ici.

Disponible en 287 langues différentes, Wikipédia est incontestablement l'un des projets communautaires les plus réussis. Si des imperfections demeurent, l'initiative reste toutefois le plus bel exemple de la coopération entre les internautes, qui avait d'ailleurs été saluée en 2006 par le magazine Times, en citant l'encyclopédie dans un article dédié à la personnalité de l'année.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés