Incontournable sur le marché des livres électronique, Apple oblige les éditeurs à modifier certaines couvertures pour avoir une chance d'être référencé sur l'iBooks Store.

Le mois dernier, les Éditions des Équateurs avaient dénoncé la censure dont était victime un livre électronique vendu sur l'App Store, uniquement à cause de sa couverture qui représentait un poignard dont le manche était une femme aux seins nus. Une symbolique artistique qu'a finalement accepté Apple après que l'affaire a fait le tour du web, et après le soutien apporté par Antoine Gallimard lors de l'ouverture du salon du livre à Paris.

"C'est très choquant, et j'espère qu'ils reviendront sur cette décision", avait demandé celui qui fut également président du Syndicat National de l'Edition (SNE), le principal lobby du livre en France, et qui reste très influent auprès des pouvoirs publics.

Inexistants dans l'univers du livre physique, où les couvertures les plus provocantes sont simplement rangées à l'abri des regards dans les rayons des libraires (ce qui n'empêche pas de demander et commander l'ouvrage), les cas de censure de livres par Apple sont monnaie courante. La firme de Cupertino, qui se veut gardien de la morale et artisan d'une américanisation de la pudeur en Europe, avait par exemple censuré le livre du caricaturiste Pierre Kroll, parce qu'une paire de seins était dessinée en couverture.

Un autre cas a été signalé à notre rédaction. Spécialisé dans les livres destinés à la communauté LGBT, l'éditeur Textes Lesbiens s'est vu refuser par Apple le référencement du livre Entre Tes Jambes, écrit par Laura Syrenka.

Pour distribuer ses livres, l'éditeur passe par l'agrégateur Immatériel.net, qui se charge de faire le lien entre les éditeurs et les plateformes de vente de livres électroniques. Tous les revendeurs ont accepté de référencer l'ouvrage, sauf Apple qui rappelle qu'il ne faut "pas de scènes à caractère pornographique sur la couverture", et qui estime qu'en l'espèce, "cette couverture de livre contient du Contenu Interdit Explicite et/ou Grossier  qui n'est pas autorisé". Il ne s'agissait pourtant que d'une peinture artistique, certes explicite mais à mille lieux de la pornographie :

Ce n'est pas la première fois qu'un livre de l'éditeur de textes gays et lesbiens est ainsi censuré en raison de sa couverture par Apple, qui préfère ne pas référencer un ouvrage plutôt que de proposer à ses clients, au pire, de masquer les livres qu'il juge choquants. 

L'éditeur avait ainsi créé une couverture montrant le fessier musclé d'un homme pour illustrer un livre intitulé En Mâle d'Amours, écrit par Benjamin Schneid. Là encore, Apple avait refusé de proposer le livre sur l'iBooks Store, uniquement parce qu'il jugeait la couverture pornographique.

"J'ai fait pendant un an de la résistance en acceptant de ne pas être publié sur l'iBookstore", nous raconte Pédro Torres, patron des éditions Textes Gais et Textes Lesbiens. "Mais le faible développement de la vente de livres numériques et le fort impact des ventes sur l'iBookstore d'Apple m'ont fait reconsidérer mon choix et publier une couverture plus sage".

En clair, Apple a une telle position dominante sur le secteur des livres électroniques qu'il est quasiment impossible pour un éditeur de ne pas plier aux demandes de censure. D'où les questions cruciales qui se posent sur la responsabilité des acteurs privés dominants en terme de respect de la liberté d'expression et de la liberté artistique.

Cette fois-ci, pour Entre Tes Jambes, l'éditeur a décidé de ne pas créer une version totalement différente de la couverture, mais d'exprimer son mécontentement de façon symbolique, par l'ajout de pommes qui viennent censurer la couverture d'origine :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés