En matière de courrier électronique, les initiatives se multiplient pour offrir une solution pour échapper aux regards indiscrets de la NSA mais aussi à ceux des principaux webmails, accusés de scanner le courrier des usagers. La dernière en date vient d'Allemagne et s'appelle Lavaboom.

Que vous ayez quelque chose ou non à cacher, vous n'avez certainement pas envie que votre correspondance soit scannée par votre fournisseur de messagerie web ou par une quelconque agence de renseignement. C'est pourtant ce qu'il se passe avec les principaux services du marché (comme Yahoo Mail ou Gmail) et avec la NSA, en particulier dans le cadre du programme PRISM.

Le balayage du courrier, qui est effectué pour affiner la publicité contextuelle s'affichant dans le webmail ou à des fins de renseignement, constitue pour beaucoup d'usagers une violation du secret de la correspondance. Le problème, c'est qu'il est difficile pour l'usager moyen de bouleverser ses habitudes une fois celles-ci bien ancrées dans son quotidien numérique.

Les révélations d'Edward Snowden sur les activités secrètes de la NSA ont toutefois joué un rôle crucial, puisqu'elles ont poussé des utilisateurs à aller voir ailleurs, même si changer de webmail est aussi fastidieux que de changer d'adresse postale (il faut en effet propager cette information auprès de ses contacts et des sites web fréquentés, notamment lorsque le mail sert d'identifiant).

Il existe aujourd'hui de nombreuses alternatives aux principaux webmails, et certaines d'entre elles ont été lancées (ou remises sur le devant de la scène) spécifiquement pour s'opposer à la surveillance de masse. Une sélection est proposée sur PRISM Break, dans quatre catégories dédiées : webmails, clients de messagerie, chiffrement et alternatives au courrier électronique.

Lavaboom

La dernière initiative en date est Lavaboom et vient d'Allemagne. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un hommage à Lavabit, un service qui proposait de chiffrer le courrier électronique et qui a été contraint d'arrêter ses activités suite aux pressions des autorités américaines. Cependant, comme le pointe The Register, la personne derrière Lavaboom n'est pas liée à ceux qui étaient en charge de Lavabit.

Lavaboom propose deux offres : la première est gratuite et met à disposition 500 Mo d'espace disque. Elle comprend l'authentification forte (un mot de passe et un code généré par un programme ou un appareil associé au compte) et le chiffrement du courrier. Si nécessaire, Lavaboom peut attribuer de l'espace supplémentaire (à raison de 100 Mo par euro versé).

La seconde est facturée 8 euros par mois, comprend un espace de stockage de 1 Go et une authentification à trois facteurs. En plus des deux précédents facteurs, le compte peut être renforcé avec un mot de passe unique ou une clé YubiKey (ce dernier étant "fortement recommandé" par Lavaboom). Là encore, le chiffrement du courrier est annoncé.

Lavaboom indique qu'il accepte également les paiements avec Bitcoin et qu'une version mobile de son service est prévue. Une foire aux questions est aussi disponible, avec en particulier des précisions sur le chiffrement, l'authentification à trois facteurs, la simplicité d'utilisation et le principe du "zero-knowledge privacy".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés