Jamais deux sans trois. Déjà poursuivi par les autorités américaines et la MPAA, MegaUpload est désormais visé par une plainte de la RIAA, le lobby de l'industrie du disque aux États-Unis.

Les accusations contre MegaUpload se suivent et se ressemblent. Alors que les principaux studios hollywoodiens ont annoncé en début de semaine le dépôt d'une plainte contre l'ancien service de stockage en ligne, c'est au tour de la Recording Industry Association of America (RIAA) de passer à l'offensive. Ce jeudi, le lobby de l'industrie du disque aux États-Unis a en effet saisi la justice.

Signalée par Ars Technica, l'action conduite par l'association interprofessionnelle n'est pas fondamentalement différente de cette engagée quelques jours plus tôt par sa consœur : les responsables de MegaUpload sont accusés d'avoir enfreint la propriété intellectuelle, de s'être enrichis sur le dos des musiciens et d'avoir causé d'immenses pertes financières au secteur de la musique.

Là encore, la RIAA est convaincue que MegaUpload connaissait la nature des fichiers qui étaient mis en ligne par les internautes. Jugée complaisante à l'égard des pirates, elle est aussi brocardée pour son système récompensant les uploaders les plus actifs. Ceux-là étaient invités à promouvoir leurs liens de téléchargement, contre rémunération, améliorant du même coup l'audience de MegaUpload.

Naturellement, l'avocat de Kim Dotcom a rejeté en bloc les accusations de la RIAA, de la même manière qu'il avait déjà écarté les critiques de la MPAA. Le conseil juridique de l'homme d'affaires a assuré que MegaUpload avait un outil de notification efficace à disposition des ayants droit lorsque ces derniers repéraient un lien menant vers un contenu protégé par le droit d'auteur.

Ce dispositif a toutefois été critiqué par les industries du divertissement. Selon elles, la procédure pour signaler et obtenir le retrait d'un fichier piraté était truquée : MegaUpload ne supprimait pas le contenu correspondant, mais seulement le lien permettant d'y accéder. Or, le fichier pouvait être retrouvé sous d'autres liens.

Outre les plaintes déposées par la MPAA et la RIAA, MegaUpload est également dans le collimateur des autorités américaines. Poursuivi sur le plan pénal, Kim Dotcom est sous la menace d'une extradition vers les États-Unis. Selon les évaluations du gouvernement, MegaUpload aurait généré 175 millions de dollars de profits et fait perdre un demi-milliard à l'industrie.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés