La presse écrite quitte progressivement l'univers du papier pour rejoindre l'univers du numérique. En effet, ses lecteurs optent de plus en plus pour un support dématérialisé. Et si la cohabitation est aujourd'hui possible, la dynamique est nettement en faveur du numérique.


Que restera-t-il du support papier dans quelques années ? Dans la presse écrite, peut-être plus grand chose. C'est en effet ce qui ressort de l'étude menée par One Global et dont Le Monde a relayé les principaux enseignements. Si le numérique est encore minoritaire face au papier, la bascule se rapproche : en effet, pratiquement 4 lecteurs sur 10 lisent la presse écrite sur support numérique.

Dans les faits, la proportion de lecteurs passant par un support numérique pour consulter l'actualité est sans doute plus élevée. En effet, seuls les smartphones ont été pris en compte. Or, l'accès se fait aussi depuis une tablette. Selon un sondage conduit par GfK / Médiamétrie, trois foyers français sur dix en possèdent au moins une.

Dans son étude, One Global relève que le support papier et le support numérique ne s'excluent pas nécessairement. Ils peuvent s'avérer complémentaires : "les lecteurs ont recours à différents supports en fonction des moments de la journée, de leur besoin et du lieu où ils se trouvent", écrit Le Monde. Cette mixité concerne 17 % des lecteurs de presse écrite, selon One Global.

Si les deux supports peuvent coexister, il n'en demeure pas moins que la dynamique est favorable au numérique. De nombreux titres de la presse écrite aux États-Unis ont entamé leur longue marche vers ce nouvel horizon. C'est aussi le cas de la Lloyd’s List, considérée comme la revue britannique la plus ancienne au monde. Cette bascule a également lieu en France, par exemple au sein du groupe Le Monde.

( photo : CC BY-SA Daniel R. Blume )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés