Bouygues remue ciel et terre pour tenter de rafler la mise. Alors que Vivendi achève ses négociations exclusives avec Numericable ce vendredi, l'opérateur propose une nouvelle offre qui implique une partie en cash de 15 milliards d'euros et une participation à 10 % dans la future coentreprise.

Bouygues Telecom jette ses dernières forces dans la bataille, dont l'enjeu n'est rien de moins que l'acquisition de SFR pour maintenir ses activités dans la téléphonie mobile. Alors que les négociations exclusives entre Numericable et Vivendi (la maison-mère de SFR) s'achèvent ce vendredi 4 avril, l'opérateur vient de dévoiler une nouvelle offre de rachat qui répond davantage aux attentes de Vivendi.

La multinationale est en effet peu intéressée par une participation dans la coentreprise qui verrait le jour entre SFR et Bouygues si la proposition de ce dernier était acceptée. À la place, la société souhaite une partie numéraire la plus étoffée possible. Manifestement, l'État-major de Bouygues a bien compris les signaux de Vivendi, puisque la partie en cash a encore été valorisée.

Dans son communiqué (.pdf), l'opérateur annonce une "augmentation de la composante numéraire de l'offre de 1,85 milliards d'euros pour la porter à 15 milliards d'euros" et ajoute que "Vivendi détiendrait également 10 % du nouvel ensemble, représentant une valeur de 1 milliard d'euros avant synergies et de 2 milliards d'euros après synergies".

Fin mars, Bouygues avait déjà procédé à un ajustement de son offre. Initialement, celle-ci était composée d'une partie en cash de 11,3 milliards d'euros avec une participation dans la coentreprise à hauteur de 46 %. Le changement avait modifié cet équilibre, en portant la partie numéraire à 13,15 milliards d'euros et en réduisant la participation dans la coentreprise à 21,5 %.

Soucieux de ménager son interlocuteur et de ne surtout pas le brusquer, Bouygues Telecom a indiqué au début du mois avoir repoussé au 25 avril l'échéance d'acceptation ou de refus de son offre de rachat de SFR. L'opérateur expliquait "souhaiter permettre à Vivendi de procéder de façon sereine et approfondie à l'examen de son offre et aux échanges que requiert une opération aussi importante".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés