Greenpeace a publié son dernier rapport sur l'impact et les pratiques environnementales des géants du web, et félicite les progrès très importants réalisés par Apple, alors qu'Amazon reste un indécrottable mauvais élève du Green IT.

L'association écologiste Greenpeace a publié son nouveau rapport Clicking Clean (.pdf), qui compare les efforts réalisés par 19 entreprises technologiques pour minimiser l'impact de leurs data centers sur l'environnement. Les conclusions sont désastreuses pour Amazon, qui ressort comme le très mauvais élève parmi les acteurs du cloud dans le monde.

"Amazon Web Services (AWS), qui fournit l'infrastructure d'une partie significative de l'internet, reste parmi les entreprises les plus sales et les moins transparentes du secteur, loin derrière ses principaux concurrents, avec zéro rapport sur son énergie ou son empreinte environnementale", dénonce Greenepeace, qui précise que Twitter n'est pas beaucoup mieux loti — mais il ne vend aucun service d'hébergement et a donc des data centers beaucoup moins importants.

Par contraste, Greenpeace loue les progrès réalisés par différents acteurs, en particulier Apple et Facebook, sur la transparence de leurs utilisations d'énergies. L'an dernier, Facebook avait publié des statistiques précises sur sa consommation énergétique, et le réseau social a mis sur pied dès 2011 l'initiative Open Compute, qui vise à réaliser d'importantes économies d'énergie par la conception collaborative de serveurs open-hardware (un collectif rejoint récemment par Microsoft).

Selon Greenpeace, "Apple est la société qui a le plus progressé" depuis son rapport précédent. La firme de Cupertino est même devenue "la plus innovante et la plus agressive dans la poursuite de son engagement à utiliser 100 % d'énergie renouvelable". En 2012, alors que Google était déjà montré en exemple, Apple faisait partie des entreprises taclées par Greenpeace, et l'association avait même lancé une campagne pour dénigrer iCloud. Depuis, Apple a pris des engagements solides pour réaliser des data centers utilisant exclusivement l'énergie solaire ou éolienne.

Apple est ainsi la seule des 19 sociétés examinées à obtenir un score de 100 % sur l'indice d'énergies propres de Greenpeace, contre seulement 15 % pour Amazon, Oracle ou HP. Le pire élève dans le comparatif reste toutefois eBay, qui utiliserait 94 % d'énergies "sales", dont 47 % de gaz.

Six acteurs importants du cloud (Apple, Box, Facebook, Rackspace, Google et Salesforce) ont annoncé leur objectif d'utiliser 100 % d'énergie renouvelable pour alimenter leurs serveurs. Greenpeace a salué ces annonces, et estime qu'elles sont déjà accompagnées de réalisations concrètes qui permettent de croire qu'elle sera respectée. C'est aussi l'intérêt économique de ces entreprises, qui paieront moins chère une énergie renouvelée naturellement.

"Nous ne pouvons pas réaliser suffisamment vite la transition vers une société alimentée en énergie renouvelable, sauf si l'internet est une plateforme qui guide le monde vers un avenir à l'énergie propre, et non un nouveau lien avec notre passé à l'énergie sale", explique Greenpeace. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés