La première compétition de cybathlon consacrée aux athlètes assistés par la robotique, l'informatique et les sciences cognitives aura lieu en 2016 en Suisse.

Si de nombreuses compétitions sportives existent de par le monde, aucune n'est consacrée spécifiquement aux athlètes assistés par la robotique et l'informatique. Certes, il existe des évènements consacrés aux sportifs ayant une particularité physique ou mentale, comme les jeux paralympiques (pour les handicapés) ou les deaflympics (pour les sourds et les malentendants), mais ça s'arrête là.

Ces dernières années, il y a pourtant eu des progrès conséquents dans les domaines de la robotique, de l'informatique et des sciences cognitives. C'est pour cette raison que plusieurs sociétés suisses évoluant dans ces champs ont décidé d'organiser la première compétition de sport robotisé, avec des athlètes équipés de prothèses, d'exosquelettes et de dispositifs électroniques.

Baptisée cybathlon, cette compétition, signalée par Motherboard, aura lieu pour la première fois le 8 octobre 2016 à Zurich (Suisse) dans la salle Hallenstadion. Elle est encadrée par le pôle de recherche nationale suisse en robotique (NCCR Robotics).

Il s'agit, selon les organisateurs, "de promouvoir le développement de nouveaux systèmes d'assistance et de renforcer l'échange scientifique", "d'améliorer la sensibilisation du public sur les défis et les opportunités des technologies d'assistance" et de "permettre aux pilotes handicapés de participer à des compétitions, ce qui en fait un événement unique". Sans parler de la publicité pour les divers sponsors et partenaires.

Six épreuves sont pour l'instant au programme :

  • Une course avec une interface neuronale directe (Brain-Computer Interface) ;
  • Une course de vélo avec une stimulation électrique fonctionnelle (Functional Electrical Stimulation) ;
  • Une course avec des prothèses au niveau des jambes ;
  • Une épreuve avec des prothèses au niveau des bras ;
  • Une course assistée par un exosquelette ;
  • Une course avec un fauteuil roulant.

Les organisateurs précisent que "les règles de la compétition sont faites de telle sorte que les technologies récentes vont donner au pilote un avantage sur un concurrent qui utiliserait une technologie d'assistance comparable mais moins avancée ou classique".  En outre, "il y aura aussi peu de contraintes techniques que possible, afin d'encourager les fournisseurs de dispositifs pour développer des solutions nouvelles et puissantes".

Une vidéo promotionnelle est disponible :

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos