Ce lundi matin, Numericable organisait une conférence de presse en compagnie d'Éric Denoyer, le PDG, et de Patrick Drahi, le PDG du groupe Altice, qui détient 40 % des parts du câblo-opérateur, afin de préciser ses intentions suite à la décision de Vivendi de sélectionner l'offre du câblo-opérateur plutôt que celle déposée par Bouygues Telecom, et cela malgré les appels du pied du gouvernement.

À cette occasion, la question des marques a été abordée. Si le rachat de SFR par Numericable aboutit effectivement, la nouvelle entreprise ne conservera que la première marque. La transition se fera en douceur, d'abord avec une phase de cohabitation puis, "progressivement, la marque SFR l'emportera", a expliqué Éric Denoyer, cité par le journaliste Samuel Le Goff.

SFR dispose en effet d'un réseau de boutiques et d'une marque bien identifiée qui permettent "de distribuer des produits", a-t-il poursuivi. Mais il y a aussi des raisons plus prosaïques, mais essentielles pour un groupe qui est fortement endetté. Ainsi, cela évitera les dépenses superflues en publicité, en concentrant les efforts du marketing sur une et une seule identité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés