Jusque là resté très confidentiel, BnFlower change radicalement de visage pour démultiplier la force de son réseau de collaboration entre artistes et internautes. Avec la version 2 de BnFlower, les bloggeurs sont placés au coeur du dispositif.

BnFlower devient une véritable communauté soudée autour d’une ambition à la fois très simple et très riche. Le réseau, créé par Ignazio Lo Faro, veut redonner au public l’envie de soutenir les artistes, et redonner aux artistes le plaisir de communiquer avec leur public. Le nouveau site réussit cette équation avec brio, en prenant un virage résolument « web 2.0 ».

Le nouveau site qui ouvre ses portes aujourd’hui propose aux artistes (les « Flowers ») de communiquer leurs œuvres aux internautes. S’ils ont un coup de coeur, ces internautes (les « Bee », ou abeilles) peuvent alors faire connaître l’artiste et son morceau sur leur blog, notamment grâce à un player généré automatiquement à partir des morceaux sélectionnés par l’internaute. Le « Player BnFlower », que l’on peut voir en action sur l’excellent blog d’Alban Martin, permet de lire en un clic les morceaux choisis par Alban.

Pour que tout le monde soit gagnant, chaque Bee gagne des points en faisant la promotion des artistes qu’ils apprécient. Les Bee qui gagnent le plus de points voient alors le nom de leur blog affiché sur tous les « players BnFlower » des autres bloggeurs, en signe de reconnaissance. Une façon simple de générer une saine émulation au profit des artistes qui n’ont plus besoin de passer par une radio nationale de grande écoute pour se faire connaître de leur public….

« La grande idée de cette nouvelle version est d’offrir de la visibilité à ceux qui diffusent les artistes« , note Ignazio Lo Faro. Mais surtout, alors que le débat sur le projet de loi DADVSI a créé une fracture, « les artistes et les internautes se retrouvent main dans la main » autour d’une même ambition. Les artistes qui choisissent d’être diffusés sur le réseau BnFlower ont leur propre page (voir par exemple celle de Lonah), qui leur permet de voir quels sont les bloggeurs qui diffusent leurs œuvres, combien ils sont, et quelles œuvres sont les plus appréciées.

Attention cependant, « à cause des règles anachroniques de la Sacem nous ne pouvons prendre en compte que les artistes sous licences libres, Creative Commons ou License d’Art Libre« , nous prévient Ignazio Lo Faro. En signant à la Sacem, ces artistes ont en effet donné l’exclusivité de la gestion de leurs droits numériques à la société de gestion, qui pourrait se retourner contre BnFlower si les morceaux étaient diffusés sur des blogs, même avec l’accord explicite de l’auteur. Ces derniers, s’ils sont sociétaires, peuvent tout de même créer leur page pour faire connaître leurs œuvres, mais ils ne pourront pas participer au réseau BnFlower.

Encore un excellent exemple de valeur ajoutée par la liberté.


Bnflower

N.B. : Ratiatum, partenaire de BnFlower, implantera bientôt cette nouvelle version dans la section Musique du site.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés