Quand Apple fait de l'excès de zèle pour permettre à un héritier d'obtenir l'accès aux données laissées en héritage par sa défunte mère...

Comment faire lorsque l'un de vos proches est mort, pour récupérer ses données sur ses services en ligne et ses appareils électroniques ? En 2012, Numerama avait publié un guide pour savoir comment gérer la mort d'un proche sur Internet et obtenir des prestataires privés qu'ils donnent accès aux données du défunt. Mais faute de standardisation ou de législation, les démarches relèvent parfois du parcours du combattant. Voire de l'impossible.

La BBC raconte ainsi le cas d'une jeune homme de 26 ans dont la mère est décédée d'un cancer. Pendant son traitement, elle avait acheté un iPad pour occuper ses longues journées à l'hôpital et communiquer avec ses proches et le reste du monde.

Consciencieuse, et malheureusement consciente que sa fin était proche, la femme malade avait pensé à rédiger un testament dans lequel elle disait explicitement vouloir transmettre son iPad et tous les contenus qu'elle avait achetés (sur l'App Store et iTunes) ou stockés (notamment des photographies sur iCloud) à son fils aîné après sa mort. Mais elle n'avait pas pensé que l'appareil était verrouillé par un code de sécurité qu'elle seule connaissait, et que ses identifiants Apple ID n'étaient pas non plus connus de ses enfants.

Or depuis qu'elle est morte, Apple refuse de débloquer l'appareil malgré l'envoi de copies du testament, d'un certificat de décès et d'un courrier d'avocat. Au nom de la sécurité des données… quitte à tomber dans une absurdité totale par excès de zèle.

Ainsi, pour déverrouiller l'appareil en l'absence d'identifiants connus, Apple réclamerait une autorisation écrite… de la défunte. Or même en faisant appel à un voyant capable de communiquer avec les morts, il n'est pas certain que l'héritier parvienne à obtenir un tel document.

Désormais, Apple demande un ordre judiciaire pour confirmer la validité du testament, et confirmer que la défunte était bien la propriétaire légitime de l'iPad transmis en héritage. Frais d'avocats : 250 euros de l'heure.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés