L'intelligence artificielle pourrait se substituer au regard indiscret des agents de sécurité, grâce à un nouveau type de scanner corporel développé en Grande-Bretagne.

Depuis plusieurs années, les scanners corporels font polémique dans les aéroports américains, puisqu’ils permettent de mettre à nu les hommes et les femmes avec une technologie très peu respectueuse de l’intimité, qui est capable de déshabiller virtuellement les passagers lorsqu’ils passent au contrôle de sécurité. Pas toujours efficace, et pas du tout appréciée par les voyageurs, les scanners corporels sont finalement retirés des aéroports.

Ils pourraient l’être bientôt au profit d’une nouvelle technologie beaucoup plus discrète, où l’oeil entraîné de l’agent de sécurité chargé d’inspecter les images du scanner est remplacé par un logiciel d’intelligence artificielle. En Grande-Bretagne, la société Radio Physics Solution a signé un partenariat commercial avec des chercheurs de l’université de Manchester, qui ont mis a point un scanner de nouvelle génération capable de détecter les objets menaçants portés par les individus, sans que les images n’aient à être vues par un humain. Ils pensent qu’il sera rapidement adopté dans beaucoup de pays.

Le scanner fonctionne comme un radar ultra-précis qui balaye le corps de l’individu pour modéliser le relief et la matière des objets portés sous les vêtements. Les informations sont alors traitées par des algorithmes qui interprètent les données pour deviner quel type d’objet est transporté, et alerter les services de sécurité si l’objet présente une menace. Ainsi, le scanner ne dira rien s’il « voit » un smartphone dans la poche intérieure d’une veste ; en revanche, s’il détecte une arme plastique imprimée en 3D, une alarme se déclenche.

Avantage supplémentaire : le scanner peut fonctionner jusqu’à 20 mètres de distance, et peut être déployé en mobilité, par exemple pour inspecter « discrètement » les personnes qui attendent sur les quais de gares.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés