Aux USA, Google fait pression sur les parlementaires pour les dissuader de prendre des mesures législatives interdisant l'usage des lunettes Google Glass au volant.

Avec 14,1 millions de dollars dépensés aux États-Unis au cours de l'année passée, Google est l'une des entreprises du secteur de l'économie numérique et des technologies de l'information et de la communication les plus actives en lobbying. La firme de Mountain View est par exemple devant Microsoft, Facebook, IBM, Amazon, Apple, Yahoo ou encore eBay.

Avec cet argent, Google essaie en particulier de convaincre les élus de ne prendre aucune mesure législative qui empêcherait d'utiliser les lunettes Google Glass au volant. L'an dernier, des parlementaires américains avaient indiqué vouloir interdire l'usage de ce dispositif pour le conducteur, considérant que cela risque de le distraire en obstruant son champ de vision.

Selon le Guardian, huit États américains envisagent de prendre des décisions visant à restreindre l'usage de ces lunettes au volant : le Delaware, l'Illinois, le Missouri, le New Jersey, New York, la Virginie occidentale et le Wyoming. En tout, ils ont une population de 39 millions d'individus. L'entreprise californienne aurait envoyé des lobbyistes dans au moins trois États afin de rencontrer les parlementaires.

Google, qui estime que les Google Glass peuvent aussi constituer une aide à la conduite, n'a évidemment aucune envie de voir apparaître le moindre frein légal aux États-Unis, qui sera incontestablement le premier marché où s'écouleront les lunettes. Ces dernières sont d'ailleurs prévues pour 2014. Le prix de vente devrait être inférieur à 1500 dollars.

Concernant la France, le code de la route indique à l'article R412-6-2 que "le fait de placer dans le champ de vision du conducteur d'un véhicule en circulation un appareil en fonctionnement doté d'un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation est interdit".

 De leur côté, l'INSERM et l'IFSTTAR avaient expliqué, dans un autre contexte lié aux kits mains-libres, que ce type d'appareil génère un "niveau de distraction", entraîne une augmentation forte de la "charge mentale" et aboutit à une grave réduction des "ressources attentionnelles indispensables pour conduire". Des descriptions qui pourraient bien s'appliquer aux Google Glass.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés