Acteur majeur de la médecine personnalisée, IBM imagine que d'ici cinq ans, les médecins auront accès grâce au cloud à une analyse de l'ADN et du traitement adapté pour chaque patient en quelques minutes seulement.

La semaine dernière, Numerama publiait une longue enquête sur la médecine personnalisée, dans laquelle nous montrions la place centrale et encore sous-estimée que prendront les entreprises technologiques comme Google, Apple ou IBM, dans cette nouvelle médecine en pleine révolution. L'idée est de collecter un maximum d'informations biologiques sur les patients, qu'ils soient malades ou non, pour établir des diagnostics en temps réel, prévenir l'apparition de maladies par le biais de séquençages ADN, ou permettre aux médecins d'établir un traitement adapté au métabolisme de chaque individu.

Ce n'est qu'une question de temps, assez court, avant que les "objets connectés à porter" (ou Wearable Devices) ne deviennent de véritables laboratoires d'analyse médicale personnels, comme le promet la future iWatch d'Apple. Cette révolution technologique et médicale pose toute une série de questions que nous avions abordées, sur la propriété des données de santé captées et renvoyées aux firmes privées par ces appareils connectés, sur la relation entre le patient hyper-informé et le médecin, sur les risques de discriminations des populations à risques, sur la perte de liberté des malades ou futurs malades dont le comportement est surveillé, ou encore sur la propriété intellectuelle des outils de diagnostics personnels désormais étroitement liés aux méthodes de traitement.

Pour IBM, la question ne fait en tout cas aucun doute. "Imaginez que le traitement puisse être plus spécifique et plus précis, grâce aux ordinateurs qui aideraient les médecins à comprendre les origines d’une tumeur jusqu’à dans l’ADN du patient et leur suggèreraient toute une sélection des meilleurs remèdes pour combattre le cancer", s'enthousiasme la firme dans un communiqué sur les technologies d'avenir. Dans cins ans, prédit IBM, "des machines intelligentes sauront examiner à la fois l’intégralité du séquencement du génome du patient et de vastes bibliothèques de dossiers médicaux et de publications scientifiques".

"On parle d’un traitement du cancer personnalisé jusque dans l’ADN du patient depuis que les scientifiques ont pour la première fois séquencé le génome humain, mais peu de cliniciens disposent du temps et de l’accès aux outils nécessaires pour évaluer les renseignements disponibles à ce niveau. Dans cinq ans en revanche, les systèmes cognitifs dans le Cloud pourraient rendre la médecine personnalisée accessible à une échelle et une vitesse jamais atteintes jusqu’ici", se félicite IBM, dont les bases de données sont prêtes à devenir un véritable Docteur House imbattable par l'homme.

La firme estime qu'avec son système, il sera possible de "réduire le temps nécessaire pour trouver le traitement adéquat pour un patient à quelques jours voire quelques minutes ? et non plus à quelques semaines voire quelques mois".

"Ces systèmes sont voués à devenir encore plus intelligents avec le temps grâce à l’enrichissement de leurs connaissances des personnes, de leur génome et de leurs réactions aux différents traitements. Ils ouvriront ainsi la perspective de faire bénéficier les gens d’une sélection de traitements parfaitement adaptés à leur ADN".

Tout à la fois génial et effrayant.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos