L'initiative Global Forest Watch combine l'imagerie satellite, le calcul à distance, les données ouvertes et la participation collective afin de fournir un outil permettant d'observer la déforestation en quasi temps réel.

L'engagement de Google contre la déforestation ne date pas d'hier. Dès 2009, la firme de Mountain View a proposé aux scientifiques de s'appuyer sur ses ressources pour suivre l'évolution de la surface terrestre couverte par les forêts, notamment dans les zones difficiles d'accès, à grand renfort d'imagerie satellite et de calcul informatique à distance (cloud computing).

Avec le projet Global Forest Watch, il s'agit d'aller encore plus loin. L'outil, encore en version beta, propose de suivre la déforestation dans le monde entier en quasi temps réel et rassemble pour l'occasion de nombreux partenaires, dont Google, la FAO, Greenpeace et la NASA, ainsi que de multiples autres sociétés privées, institutions étatiques et organisations non gouvernementales.

Le site Global Forest Watch propose une carte du monde qui présente sous forme de points la déforestation (en rose) et le reboisement (en bleu). D'autres données sont disponibles permettant d'afficher dans d'autres couleurs la surface actuellement couverte par la forêt, l'usage actuel (comme l'huile de palme) ou encore les zones de conservation (zones protégées pour la biodiversité par exemple).

L'outil fournit aussi des informations sur un pays en particulier. Dans le cas de la France, l'état actuel de la forêt, sa contribution dans l'économie, la législation actuelle, sa participation dans la lutte contre le dérèglement climatique et les engagements internationaux sont renseignés. Des outils d'analyse et des statistiques sont par ailleurs proposés, lorsque les données existent.

Outre l'imagerie satellite et le calcul à distance, l'outil du Global Forest Watch s'appuie sur la philosophie des données ouvertes (open data) et la participation collective (crowdsourcing) afin d'améliorer la collecte et le traitement des données. L'objectif est affiché : il s'agit de faire du service un outil pratique pour la classe politique afin qu'elle prenne des décisions éclairées pour limiter la déforestation.

Les gouvernements et les entreprises seront-ils plus sensibles à la nécessité de maîtriser la consommation de bois et de soutenir une politique forte de reboisement ? Cela reste à voir. Cela étant, l'outil est public. Les médias, les individus et les associations peuvent s'en saisir pour réclamer une plus grande responsabilité dans la gestion de cette ressource.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos