Twitter n'autorise plus la publication de messages contenant une adresse pointant vers KickAss.to. Le site de micro-blog n'a pas indiqué les raisons de ce blocage.

N'escomptez plus transmettre des liens pointant vers Kickass.to sur Twitter. Le service rejette désormais les adresses du portail BitTorrent, en expliquant "qu'une URL dans votre tweet semble pointer vers une page dont le contenu serait indésirable ou dangereux". Pourtant, le site n'est pas considéré comme menaçant par d'autres outils spécialisés, comme la page de diagnostic de navigation sécurisée de Google.

Selon le résultat de l'analyse fournie par Google, Kickass.to "n'est actuellement pas répertorié comme suspect", "ne semble pas avoir servi d'intermédiaire pour l'infection de sites" et "n'a hébergé aucun logiciel malveillant au cours des 90 derniers jours. Twitter aurait-il détecté un problème qui aurait échappé aux radars de la firme de Mountain View ? Ou bien des utilisateurs auraient-ils signalé un incident avec Kickass.to ?

Contacté par Torrentfreak, Twitter n'a pas encore donné sa version des faits. Cependant, la page d'assistance du service américain précise que "même si le rapport de diagnostic de Google sur l'URL est impeccable, nous pouvons décider de continuer à la bloquer sur Twitter en la considérant comme potentiellement dangereuse". Reste à savoir pourquoi.

Toujours selon la page d'assistance du réseau social, il est indiqué que le blocage d'une adresse se fonde sur sa nocivité pour l'usager et sa machine. Autrement dit, il faut que celle-ci contienne un logiciel malveillant, cherche à dérober des données personnelles par du hameçonnage (phishing) ou tente d'escroquer les internautes (scam) pour qu'une telle mesure soit prise.

Les problématiques liées au droit d'auteur ne semblent pas entrer en ligne de compte dans cette affaire. En tout cas, la page d'assistance ne dit pas que la propriété intellectuelle est une raison possible pour bloquer un site. En outre, les liens d'autres sites identiques ne sont pas bloqués, selon nos constatations. Ainsi, il est possible de publier un tweet contenant une URL menant vers The Pirate Bay, Mininova ou T411.

La surveillance des adresses publiées sur Twitter ne se limite pas au site lui-même. Elle se déroule aussi au niveau des services d'URL raccourcies comme Bit.ly ou TinyURL. Ce contrôle est nécessaire dans le cas des adresses raccourcies, dans la mesure où leur aspect (souvent le nom du site suivi d'une combinaison alphanumérique) ne permet pas de savoir où elles mènent.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés