Surprise ! Les émoticônes sont perçues par le cerveau humain comme de véritables visages, du moins lorsqu'elles sont présentées de façon traditionnelle (par exemple :-) pour le sourire) et non de façon atypique (à l'image du sourire inversé (- : dont l'usage est excessivement rare). C'est la conclusion d'une étude récente publiée dans le journal Social Neuroscience et relayée par Wired.

Selon l'étude australienne, les smileys sont traités par les aires du cerveau dédiées à la reconnaissance des visages (gyrus fusiforme moyen, gyrus occipital inférer et cortex occipito-temporal ventral). "L’ensemble de ces données convergent vers un réseau occipito-temporal ventral spécifiquement dédié à un traitement perceptif de haut niveau des visages", explique Jacques Jonas, dont la thèse portait sur ce sujet.

Interrogé par ABC, le chercheur Owen Churches a souligné que cette interprétation du smiley comme un véritable visage tenait de l'acquis plutôt que de l'inné. "Avant 1982 [date à laquelle le smiley a été inventé sous cette forme, ndlr], il ne semble y avoir aucune raison pour que :-) active les zones du cortex en rapport avec la reconnaissance des visages, mais maintenant il le fait parce que nous avons appris que cela représente un visage".

"Il s'agit d'une réponse neurale issue d'un contexte culturel. C'est vraiment incroyable" a-t-il déclaré, s'émerveillant de la plasticité du cerveau. Ce qui laisse à penser qu'un smiley inversé (- : finirait par être considéré comme un visage s'il était employé suffisamment souvent et compris comme tel. Car en l'état, il est d'abord perçu comme un "objet" quelconque. Un peu comme une photo retournée d'un visage.

( photo : CC BY Marcin Wichary )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés