Nielsen Media Research, le Médiamétrie de l'audience télé américaine, se donne cinq années pour inclure internet dans ses mesures d'audience.

La diffusion de la télévision sur internet offre de formidables perspectives de croissance pour les chaînes et pour les annonceurs. Plutôt que d’offrir quinze minutes de pubs avant chaque programme, dans un formidable milkshake de couches culottes, voitures, petits pois et plans d’obsèques, les diffuseurs pourront cibler la publicité en fonction de chaque téléspectateur. Plus l’internaute acceptera de lâcher du leste sur sa vie privée, plus la personnalisation de la publicité sera possible. Pour un même programme il y aura beaucoup moins de publicité, mais une publicité beaucoup mieux ciblée, qui répondra davantage aux besoins du spectateur. La publicité sera donc mieux vécue par celui qui la regarde, et plus efficace pour celui qui la diffuse. Tout cela est un contrat, plus ou moins informel, qui se dessinera entre internautes et diffuseurs. Le degré d’espionnage et de vie privée étant le curseur le plus difficile à placer dans cette négociation.

Evidemment, les annonceurs seront prêts à payer beaucoup plus chers pour un même nombre de diffusion, et les diffuseurs ont donc tout à gagner à passer le plus vite possible sur le média internet. Mais la transition est l’étape la plus délicate. Si l’audience des chaînes TV baisse au profit d’internet, le chiffre d’affaire publicitaire baisse mécaniquement. Car pour le moment il ne s’agit pas d’un vase communiquant parfaitement équilibré. Les annonceurs, habitués à la culture de l’audimat, payent encore beaucoup plus chers pour passer avant le journal de 20 H que pour être diffusé sur un canal internet obscur. Les chaînes de télévision, pour ne pas perdre d’argent, doivent donc réussir à cumuler l’audience TV et internet dans un même rapport.

Nielsen Media Research, qui founit les mesures d’audience aux chaînes de télévision américaine, s’est donc penché sur le problème. « Ces changements, dont Nielsen n’a pas souhaité révéler le coût, seront opérés dans les cinq ans à venir. Ils débuteront cette année par la prise en compte des Web TV, qui devrait être terminée début 2008« , explique le JDNet. « La mesure des programmes pour iPod et autres appareils mobiles devrait être au point début 2007. Nielsen va également élaborer des systèmes de mesure spécifiques pour les bars et hôtels, ce qui devrait profiter aux programmes de sport et d’information« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés