Google a l'intention de saisir à bras le corps le problème de la fragmentation du système d'exploitation Android. La firme de Mountain View a dans ses cartons une stratégie visant à forcer les constructeurs à adopter une version récente d'Android sur les nouveaux terminaux, s'ils veulent que ces derniers aient accès aux applications Google .

Au début du mois de février, Google a mis en ligne les dernières statistiques décrivant la répartition des différentes versions d'Android sur les terminaux des usagers qui se sont connectés au moins une fois à Google Play au cours des 7 derniers jours. Il a alors été constaté que la toute dernière mouture du système d'exploitation, baptisée KitKat, avait du mal à trouver sa place dans l'écosystème Google.

Mais plus encore que la fragmentation d'Android, qui est relativement conséquente et constitue un problème en soi, c'est surtout la circulation encore importante d'anciennes versions de la plateforme qui désespère la firme de Mountain View. Android Gingerbread, par exemple, est sorti en 2010 et représente encore 20 % du parc des mobiles contrôlés via Google Play. Idem pour Ice Cream Sandwich, à 16 %, sorti un an plus tard.

L'entreprise américaine est donc en train d'élaborer une stratégie afin de pousser les constructeurs à déployer les toutes dernières versions d'Android, aussi vite que possible. D'après des informations obtenues par Android Police, les fabricants ne pourraient plus pré-installer certaines branches du système d'exploitation, sauf à accepter la perte de la certification des mobiles et l'accès à certains produits et services.

"Google va contraindre les industriels à faire fonctionner un certain niveau d'API (et la version correspondante du système d'exploitation ) si ces derniers veulent que leurs produits soient expédiés avec les services mobiles de Google, c'est-à-dire les applications de la firme de Mountain View", écrit Android Police. Or, dans certains cas, la fenêtre de certification pour certaines moutures s'est déjà refermée.

Ainsi, la fenêtre de certification pour les versions API pour Gingerbread, Honeycomb, Ice Cream Sandwich et 4.1 (niveau 16 d'API) est fermée depuis le 1er février. Celle d'Android 4.2 (niveau 17 d'API) se refermera le 24 avril. Suivra ensuite celle d'Android 4.3 (niveau 18 d'API) le 31 juillet. En revanche, aucune date n'a encore été arrêtée pour Android 4.4 (niveau 19 d'API), dont la disponibilité est toute récente.

À en croire les informations d'Android Police, ces nouvelles règles ne visent que les terminaux devant obtenir la certification de Google et non ceux déjà dans le commerce. Cependant, cette approche devrait au moins permettre, aux yeux de l'entreprise américaine, d'empêcher la mise en vente de nouveaux terminaux embarquant une version trop vétuste d'Android.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés