Jean-François Mulliez, directeur délégué de e-TF1, estime que les acteurs français de l'audiovisuel devraient enfin se réunir pour créer ensemble un "Hulu à la française", sur le modèle de la plateforme lancée il y a sept ans aux Etats-Unis.

"Si on va sur Youtube, il faut y laisser 50 % de chiffre d'affaires, on travaille à perte". A l'occasion d'une conférence sur la TV connectée organisée par CCMBenchmark et Dotscreen, le directeur délégué des activités numériques de TF1, Jean-François Mulliez, a plaidé "à titre personnel" pour que les chaînes de télévision françaises et les producteurs se rapprochent pour créer ensemble un "Hulu à la française". Il s'oppose à la stratégie de Canal+, qui a cédé aux sirènes de YouTube pour aller là où les spectateurs internautes sont le plus présents.

Hulu a été lancé dès 2007 aux Etats-Unis par Walt Disney, NBC Universal et News Corp, avec l'ambition de réunir un maximum de diffuseurs et producteurs d'émissions et séries TV pour offrir un service gratuit capable de rivaliser avec le piratage, financé par la publicité. La plateforme parle depuis très longtemps de s'installer en Europe, mais elle se heurte aux clauses d'exclusivité territoriales que négocient chacune des chaînes de télévision pour ses propres services en ligne, tels que MyTF1, CanalPlay, M6 VOD ou Pluzz. Seul le Royaume-Uni bénéficie d'une version localisée, avec le Japon.

L'offre de séries TV gratuites existe en France, mais elle est morcelée entre ces différents services de catch-up TV, et ne permet d'accéder qu'aux tous derniers épisodes diffusés récemment sur les chaînes de télévision respectives. Rien de comparable à Hulu qui connaît un véritable succès populaire avec désormais 3 millions d'abonnés qui payent pour accéder au service premium, Hulu Plus. Ce dernier permet de regarder un nombre illimité d'émissions et séries TV, avec une quantité limitée de publicités, pour moins de 8 euros par mois.

En essayant de tirer la couverture vers soi, en se reposant davantage sur des mécanismes de sanctions de la demande (Hadopi) que sur le développement d'une offre adaptée à cette demande, les chaînes françaises ne sont pas données jusqu'à présent la possibilité de créer un "Hulu à la française". Elles pourraient y être contraintes si Netflix débarque en France avec sa force commerciale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés