Les services de renseignements français participent à l'enquête sur le piratage d'Orange, qui a conduit au vol des données personnelles de 800 000 clients. C'est en effet à la DCRI que l'affaire a été confiée.

La semaine dernière, Orange a révélé qu'une attaque informatique survenue le 16 janvier avait ciblé ses bases de données et abouti au vol "d'un nombre limité de données personnelles". Après examen, il est apparu que l'intrusion a permis à l'assaillant de récupérer des informations sur près de 800 000 personnes (environ 3 % de la clientèle de l'opérateur historique), mais aucune donnée bancaire critique.

Devant l'ampleur de l'incident, Orange a déposé plainte. Aujourd'hui, il apparaît que l'enquête a été confiée à la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI). La participation des services de renseignements pour identifier l'auteur de l'opération révèle que cette affaire est prise très au sérieux, car il s'agit d'empêcher que ces données ne servent à une campagne d'hameçonnage de grande ampleur.

En effet, l'attaque a permis d'obtenir des informations sur le titulaire du compte (noms, prénoms, adresse postale, adresse mail de contact, numéro de téléphone fixe et / ou mobile) ou sur son foyer (composition du foyer, nombre d'abonnements Orange ou concurrents, informations concernant vos préférences de contact). Or, ces éléments pourraient servir pour tromper les abonnés de l'opérateur.

Orange a mis en garde ses clients : des sollicitations douteuses par téléphone, SMS ou e-mail risquent de survenir prochainement dans le but d'inciter les personnes les plus crédules à communiquer leurs coordonnées bancaires et servir ensuite à effectuer des virements bancaires frauduleux. Il convient donc de ne pas répondre à ces demandes et de surveiller ses comptes.

Créée en 2008, la DCRI lutte notamment contre la cyber-criminalité, du fait du "développement d'une société dépendante des technologies de l'information et des communications" et peut coopérer "avec le secteur économique et industriel" dans le cadre d'une "politique publique d'intelligence économique" pour assister les entreprises publiques et privées.

( photo : Mouloud47 )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés