Dans le cadre d'une tournée européenne, Netflix a rencontré des responsables français pour évaluer la possibilité de se lancer dans l'Hexagone. Il s'agissait surtout pour la plateforme américaine de prendre connaissance des conditions juridiques d'une entrée sur le marché français.

Mise à jour – À en croire les informations du Figaro, l'arrivée de Netflix en France est programmée pour l'automne 2014, tandis que le marché belge serait attaqué au cours de l'été.

Lors de la réunion avec des représentants français, il a été question des conditions que Netflix devraient respecter. Celles-ci incluent la chronologie des médias, une opération depuis la France pour y payer la TVA et une participation au financement de l'industrie cinématographique, à l'image des chaînes de télévision et des opérateurs.

Sujet du 4 décembre – Voilà des mois que l'on évoque une éventuelle arrivée de Netflix en France. Cependant, le service de vidéo à la demande avec abonnement (SVOD) a systématiquement douché les espérances de ceux réclamant un renforcement réel de l'offre légale. À la place, la plateforme américaine a préféré étendre ses activités dans d'autres pays européens.

Pourtant, le marché français intéresse Netflix. En effet, le groupe n'ignore pas que l'industrie du cinéma dans l'Hexagone est l'une des plus actives au monde, tandis que la fréquentation des salles progresse malgré les craintes que peuvent avoir les professionnels vis-à-vis du piratage. En 2012, 203 millions de tickets ont été vendus, poursuivant une hausse globale entamée dans les années 90.

Preuve supplémentaire de l'intérêt de Netflix pour la France, une délégation du service de vidéo à la demande a été reçue mercredi matin par un conseiller de François Hollande. D'après des informations de l'AFP, il s'agit de "se renseigner sur les conditions juridiques de son éventuelle installation en France dans le cadre d'une tournée européenne de prospection".

Derrière ces "conditions juridiques", on pense à la chronologie des médias qui, sous son format actuel, impose d'attendre trois ans avant qu'un film sorti en salle puisse être diffusé dans le cadre d'une offre SVOD (vidéo à la demande par abonnement). Mais pas que.

Netflix a peut-être saisi l'occasion pour prendre le pouls du milieu professionnel français, notamment des chaînes de télévision et des plateformes françaises SVOD, qui pourrait ne pas voir d'un bon œil l'arrivée d'un champion américain dans l'Hexagone.

Les éléments de l'AFP sur la rencontre entre Netflix et un représentant de l'Élysée sont à mettre en perspective avec une autre information, rapportée en septembre par Satellifax. D'après les sources de la revue professionnelle, des négociations sont en cours depuis le début de l'automne entre la plateforme américaine et des ayants droit français.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés