Colère et déception chez les membres du groupe Red Hot Chili Peppers. Leur prochain album doit sortir dans les bacs le 9 mai, mais une copie pirate des 28 titres circule déjà sur les réseaux peer-to-peer.

Contrairement à l’Assemblée Nationale qui l’a très largement ignoré, il a beaucoup été question jeudi au Sénat de la question du droit moral des auteurs et des créateurs, une question chère au sénateur Jack Ralite. Et c’est bien en premier lieu le droit moral qu’évoque le bassiste des Red Hot Chili Peppers pour s’indigner du « leak » de leur prochain album Stadium Arcadium.

Flea, Michael Balzary de son vrai nom, évoque bien sûr le préjudice financier du piratage de l’album, mais il insiste d’abord auprès de ses fans sur le non respect de la qualité intrinsèque de l’œuvre. « Je ne peux pas trouvé les mots pour dire à quel point nous tenons à ce disque, à quel point sa sonorité est sacrée pour nous« , martelle le bassiste, qui évoque les longues nuits passées à travailler sur le moindre petit son de l’album. « Nous avons mis dedans tout ce que nous avions, 28 chansons, 2 heures du meilleur de ce que nous pouvions offrir« . Tout ça « pour que quelqu’un le prenne et le sorte avec cette piètre qualité sonore« . « La pilule est douloureuse à avaler« , se plaint le musicien.

Balzary appelle chaque internaute à prendre sa conscience pour seul guide. « C’est nous voler, et ça c’est nul« , juge-t-il, « le coeur brisé« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés