Depuis l'arrivée de Free Mobile, les abonnements sans engagement ont connu un formidable succès : ces derniers représentent aujourd'hui 4 forfaits sur 10. Mais l'euphorie du début est en train de disparaître. L'ARCEP a noté en effet une progression du parc plus faible au cours du dernier trimestre.

Le parc des abonnements sans engagement en métropole a-t-il atteint un plateau ou un plafond ? À en croire le dernier observatoire des marchés des communications électroniques en France, qui a été publié jeudi par l'ARCEP, la progression dans ce domaine connaît sa toute première stagnation depuis l'arrivée de Free dans la téléphonie mobile, début 2012.

Pour le deuxième trimestre de cette année, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes notait une proportion du parc post-payé libre d'engagement à 39 % (affinée ensuite à 39,2 %). Or, l'observatoire du troisième trimestre indique une proportion de 40,9 %. C'est la première fois depuis fin 2011 que l'écart entre deux mesures mensuelles est aussi faible (1,9 point contre de 2,6 à 3,4 points).

Cette performance plus modeste doit-elle constituer une source d'inquiétude ? L'ARCEP rappelle que le parc sans engagement revient de loin : la proportion "était inférieure à 20 % à la fin de l'année 2011". Elle a donc doublé en taille en à peine deux ans, ce qui demeure remarquable. Relancer la machine pourrait éventuellement se faire par une annonce inattendue ; Free est plutôt coutumier de la méthode.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés