Dans les pas de la solution Touch ID d'Apple, les premiers téléphones Android avec lecteur biométrique apparaîtront dans le courant de l'année prochaine. Ils utiliseront FIDO, une solution qui se veut être un futur standard industriel.

Avec son lecteur d'empreintes digitales Touch ID présent sur les iPhone 5s, Apple n'a fait que montrer la voie de l'avenir, ou la devancer. Sans doute plus vite qu'on le pense, la biométrie sera présente tous les appareils mobiles et les ordinateurs, pour tenter de reléguer au rang de l'Histoire les mots de passe qui permettent actuellement de s'identifier sur tous les sites internet et services en ligne.

La seule véritable question n'est pas de savoir si la biométrie s'imposera pour authentifier l'identification des internautes, ni même quand, mais plutôt comment. Alors qu'Apple, fidèle à sa philosophie, joue la carte de la technologie propriétaire qu'il se réserve à lui-même, Google a cofondé en début d'année l'Alliance FIDO, qui vise à créer un standard commun avec l'aide de nombreux industriels.

Les premiers téléphones Android avec capteur biométrique FIDO seront ainsi commercialisés dans le courant de l'année prochaine, et MasterCard vient de rejoinre l'alliance pour accélérer le mouvement. Parmi les autres membres du consortium figurent PayPal, BlackBerry, Lenovo, CrucialTec (fournisseur des trackpads optiques utilisés par Samsung, LG, HTC, Motorola…), Infineon, ou encore LG.

L'objectif de FIDO est de créer une solution standard pour permettre l'authentification à partir de n'importe quelle solution biométrique : empreinte digitale, empreinte vocale, reconnaissance faciale,… Le standard prévoit une méthode qui permet de générer localement une clé à partir d'une signature biométrique lors de la création d'un compte, et de vérifier l'identification par le transfert d'une clé publique à un serveur d'authentification. Il suffira alors que les éditeurs des sites et services en ligne adoptent l'API de FIDO, et que les mobiles utilisés soient compatibles, pour que l'authentification puisse se faire simplement en passant son doigt sur le capteur (ce qui n'est pas infaillible) ou en prononçant une phrase au téléphone.

"Il est possible qu'Apple choisisse de commencer à utiliser FIDO, mais probablement pas avant quelques années", reconnaît déjà Michael Barrett, le président de l'alliance, dans USA Today.

FIDO compte pour le moment 49 partenaires, mais manque encore d'acteurs de poids comme Microsoft ou Samsung, peut-être tentés d'imposer eux-mêmes leurs propres solutions propriétaires.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés