Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi, maison mère de l'opérateur SFR, a annoncé que SFR Music était dans le top 3 des plate-formes de téléchargement de musique en France, et qu'il pourrait dépasser iTunes d'ici la fin de l'année.

SFR Music serait la troisième plate-forme musicale française derrière iTunes et VirginMega. Surtout, « nous pourrions, d’ici à la fin de l’année, dépasser le leader, iTunes, si la tendance se prolongeait« , a confié Jean-Bernard Lévy au journal Le Parisien dans une interview parue le 18 avril. Tout comme Bill Gates qui fait confiance au téléphone portable pour succéder à l’iPod, le patron de Vivendi Universal mise sur le cellulaire pour croquer la Pomme. « Pour éviter la multiplication des appareils, les gens se servent de plus en plus de leur portable comme d’un baladeur, grâce à l’oreillette »« , explique M. Lévy. De plus avec les services 3G, « le téléchargement est plus rapide et les capacités de stockage plus importantes » qu’avec les anciennes liaisons qui ont pendant longtemps freiné le développement des services multimédia mobiles.

La bonne place de SFR Music et l’optimisme de Jean-Bernard Lévy face à Apple est une surprise qui n’est pas sans poser quelques questions d’éthiques. Une surprise car l’on n’attendait pas si tôt la musique mobile (hors sonneries) sur le podium des téléchargements musicaux, et surtout déjà si proche d’iTunes alors qu’un morceau est vendu 1,99 euros sur SFR Music contre 99 centimes sur la plate-forme américaine. Un problème éthique ensuite, car SFR et Universal Music font partie de la même maison Vivendi. Or la concentration dans les mêmes mains du leader de la création musicale (Universal Music France vend 35 % des disques en France) et du leader de la diffusion musicale ne peut que pousser la sonnette d’alarme. Dans quelles conditions SFR Music diffusera-t-il la musique d’artistes indépendants concurrents d’Universal Music ?

Le service de musique illimitée proposé par SFR ne couvre actuellement que le catalogue de la major française.

Par ailleurs Jean-Bernard Lévy, qui qualifie le téléphone portable de « couteau suisse du numérique », mise également sur les jeux vidéo sur portable. « Dans trois ou quatre ans, le marché des jeux représentera plus de 4 millions de joueurs pour SFR« , annonce le patron de Vivendi. Une aubaine pour Vivendi Universal Games

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés