Si les multinationales américaines et asiatiques s'intéressent au marché des montres connectées, l'Europe n'est pas en reste. Une entreprise suisse présente à l'IFA 2013 a ainsi dévoilé sa propre montre high tech, la ZeNano.

Patrie de l'horlogerie, la Suisse sera-t-elle au rendez-vous des enjeux commerciaux lorsque se généraliseront les montres connectées ? Tandis que les géants de l'électronique grand public venus d'Asie ou d'Amérique ont des ambitions plus ou moins affirmées dans ce domaine, une jeune société genevoise paraît déterminée à ne pas manquer ce virage. D'ailleurs, elle dispose déjà de sa propre solution.

Baptisée ZeNano, cette montre connectée a été présentée au cours de l'IFA 2013. Capable de se synchroniser avec des smartphones sous iOS (4.0+) ou Android (2.3+), elle intègre un écran tactile offrant quelques fonctionnalités téléphoniques : sonnerie et vibration lors d'un appel entrant, gestion des appels (rejet ou non), composition d'un numéro, affichage du nom de l'interlocuteur ou de son numéro.

La montre comporte aussi quelques autres atouts, comme un lecteur de musique, un micro et des haut-parleurs pour répondre sans tenir en main le téléphone, un dictaphone et un détecteur qui fera vibrer la montre lorsque le porteur se trouvera à plus de 10 mètres de son téléphone. La montre est aussi en mesure de gérer des contenus multimédias, d'avoir un carnet d'adresses et d'afficher des SMS / MMS.

Disposant d'une autonomie de 120 heures en veille et de 4 heures en fonctionnement (appel), la ZeNano sera commercialisée en septembre selon le journal suisse 24 Heures. Et son prix (129 euros) pourrait bien constituer un élément déterminant face aux produits vendus par la concurrence étrangère (299 dollars dans le cas de la Samsung Galaxy Gear).

Outre la firme sud-coréenne, le marché des montres connectées intéresse également Google, Apple, LG et Microsoft, qui ont divers projets, mais aussi Après Sony  et Qualcomm, qui ont d'ores et déjà révélé leurs intentions. À défaut de rivaliser à long terme contre eux, l'entreprise genevoise MyKronoz, qui participe à l'édition 2013 du salon IFA, pourra au moins profiter du ramdam autour des montres connectées.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés