Apple est-il tombé sur la tête en annonçant Boot Camp, un logiciel qui permet d'installer Windows XP sur les nouveaux ordinateurs Macintosh ? Non, au contraire, Steve Jobs fait le pari que cela encouragera une migration de Windows vers Mac OS X...

Le NASDAQ est à la fête, Apple gagne +9.84 % avec une action côtée 67,21 $ après l’annonce surprise faite par la firme de Cupertino de la sortie de « Boot Camp« . Sorte de Lilo pour Macintosh, Boot Camp permet d’installer Windows XP sur un Mac à base d’Intel sur lequel figure déjà OS X. Le logiciel sera inclu dans le prochain Mac OS X Leopard, mais peut déjà être testé en bêta.

Pour Apple, qui a toujours joué la carte de l’indépendance et de la fermeture (comme on le voit avec le couple iPod / iTunes et sa réaction à l’article 7 modifié de la loi DADVSI), le mouvement a de quoi surprendre. Il témoigne en réalité d’une énorme confiance d’Apple dans sa marque et dans son système d’exploitation. Steve Jobs pense que Boot Camp va faciliter la transition de Windows vers Mac OS X. En effet, le fait d’offrir aux habitués de Windows la possibilité d’acheter un Mac tout en faisant tourner Windows le temps de la transition, pourrait séduire nombre de consommateurs hésitants. Beaucoup de linuxiens ont ainsi commencé leur transition au monde libre en faisant d’abord tourner Linux en parallèle de Windows, sur le même ordinateur.

Une fois installé avec des drivers spécifiques pour reconnaître le matériel Mac, Windows tourne en natif sur les nouveaux Mac à base Intel. Toutefois, prévient Apple, « faire tourner Windows sur un Mac est comme faire tourner Windows sur un PC. Ca veut dire qu’il sera sujet aux mêmes attaques qui sont un fléau pour le monde Windows« .

On ne se refait pas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés