Une société danoise, qui conçoit des imprimantes 3D et des solutions logicielles dédiées à l'impression 3D, a annoncé la mise au point d'une technologie qui permet de détecter les caractéristiques d'une arme à feu dans un modèle 3D, pour interdire son impression.

Nous ne pensions pas que ça arriverait si vite. Le mois dernier, nous émettions l'idée que les imprimantes 3D puissent un jour subir le même genre de restrictions que les imprimantes 2D, qui sont régulées de façon indirecte pour empêcher l'impression de fausse monnaie à partir de certains logiciels de retouche d'images propriétaires. Avec l'impression 3D, c'est la possibilité d'imprimer des armes à feu qui effraye certains observateurs, et qui fournit surtout un excellent prétexte pour imposer certaines formes de DRM dans la fabrication personnelle des objets plastique. Il "suffirait" de détecter l'impression de modèles 3D typiques de certaines pièces destinées aux armes à feu, et de l'interdire.

Or il n'aura pas fallu attendre longtemps pour voir l'idée se concrétiser. En effet, la société danoise Create It Real a annoncé mercredi qu'il ne serait plus possible d'imprimer des armes avec ses imprimantes 3D. Elle a "développé un logiciel intelligent qui reconnaît si l'utilisateur veut imprimer en 3D une arme à feu, et peut dès lors empêcher l'impression de pistolets", explique-t-elle dans un communiqué (.pdf).

Lorsque l'utilisateur ouvre un fichier de modèle 3D, le logiciel propriétaire de Create It Real analyse le contenu et compare les caractéristiques du modèles à celles d'une arme. Si le niveau de proximité est trop élevé, le logiciel interdit l'impression. "Pour des raisons de sécurité, il n'y a pas de modèle d'armes à feu stockées sur l'ordinateur de l'utilisateur, mais plutôt une liste de leurs caractéristiques", précise la société.

Interrogée par Ars Technica, Create It Real assure qu'il s'agit uniquement d'empêcher l'impression par erreur d'une arme à feu (sic). "Si vous avez un enfant à la maison, et qu'il veut imprimer un pistolet à eau, il ne finira pas par imprimer une vraie arme à feu. C'est la même chose que si vous téléchargez un film, vous ne savez pas ce que vous aurez. Un gosse peut télécharger un film pornographique juste parce qu'il s'appelait Bambi".

Difficile d'imaginer toutefois qu'une telle technologie ne serve qu'à l'identification d'armes à feu. Elle pourrait n'être qu'une illustration d'une idée plus large de contrôle des modèles imprimables, pour éviter le piratage et permettre la rémunération des créateurs de modèles. 

Il peut aussi s'agir, de façon plus pragmatique, d'anticiper sur une éventuelle régulation législative des imprimantes 3D, qui aurait pour effet d'interdire les imprimantes open-source (bonne chance) et d'obliger les constructeurs à fournir des logiciels régulés, avec lesquels tout ne peut pas être imprimé. Create It Real se dit déjà prêt à vendre des licences de sa technologie à ses concurrents.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés