11 000, 50 000 et 100 000 dollars. Telles sont les récompenses maximales que Microsoft prévoit pour sécuriser Windows 8.1 et Internet Explorer 11. Comme Google, Mozilla ou Facebook, la firme de Redmond fait appel aux contributions extérieures pour blinder ses produits phares.

En matière de sécurité informatique, les contributions extérieures peuvent s'avérer très précieuses. Dans le domaine des navigateurs web par exemple, Google et Mozilla n'hésitent pas à recourir à des tiers pour renforcer la protection et la stabilité de Chrome et Firefox. Idem pour Facebook avec son réseau social En  échange, des récompenses sont attribuées en fonction de l'importance des découvertes.

Cette approche est aujourd'hui reprise par Microsoft pour bétonner Windows 8.1 et Internet Explorer 11. L'entreprise américaine compte verser des primes très généreuses aux hackers, chercheurs et spécialistes en sécurité informatique qui repéreront des vulnérabilités dans son système d'exploitation et son navigateur web ou qui proposeront des approches novatrices pour empêcher la compromission de ces deux logiciels.

Les trois programmes seront actifs à partir du 26 juin. Les deux premiers concernent Windows 8.1 et prévoient des gains pouvant atteindre 50 000 et 100 000 dollars. Le troisième se concentre sur Internet Explorer, avec un plafond à 11 000 dollars. Les deux premiers programmes n'ont pas de date de fin définie. En revanche, celui consacré à IE 11 se terminera le 26 juillet.

L'appel à des tiers a comme avantage d'accélérer le repérage des faiblesses d'un système en mobilisant des talents extérieurs, même s'il faut pour cela mettre la main à la poche. Il vaut mieux en effet payer un peu en amont pour sécuriser le logiciel plutôt que de constater en aval les dégâts causés par une faille qui aurait pu être découverte par un tiers. Ne serait-ce que sur le seul plan de l'image de marque.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés