La bande de fréquences 700 MHz est au cœur d'une bataille entre les chaînes de télévision et les opérateurs de téléphonie mobile. Lors des Assises de l'audiovisuel, le CSA s'est invité dans ce débat en suggérant une répartition équitable des fréquences afin de ne léser personne.

Concernant la bande de fréquences 700 MHz, chacun tire la couverture à soi. Les professionnels de l'audiovisuel souhaitent l'attribuer aux chaînes pour soutenir le développement de la télévision numérique terrestre (TNT), tandis que les opérateurs de téléphonie en ont besoin pour amener le pays dans l'univers du très haut débit mobile.

De ce fait, la bande de fréquences 700 MHz constitue un enjeu majeur aux yeux du régulateur des télécommunications. À tel point que le sujet s'est invité lors des Assises de l'audiovisuel, donnant lieu à une passe d'armes entre Maxime Lombardini, directeur général d'Iliad, la maison-mère de Free, et Alain Weill, pDG du groupe NextRadioTV (BFM, RMC), comme le raconte Édition Multimédi@.

Opérateurs contre chaînes

"L'hertzien est le futur de la télévision. Où est la logique, quand certains veulent revendre les 700 MHz aux télécoms ? Si l'hertzien est affaibli, ce serait une très mauvaise nouvelle pour les chaînes de la TNT. Cela les empêcherait de passer à la haute définition […]. Ralentir la TNT serait suicidaire", a mis en garde Alain Weill. Une position contestée par Maxime Lombardini, peu après.

"Les télécoms ont un ardent besoin des fréquences 700 MHz […]. C'est un enjeu au moins aussi important d'avoir des smartphones avec du débit dans la durée pour un pays moderne que d'avoir la haute définition sur l'ensemble des chaînes. Vous imaginez la France dans cinq ans : on aurait une exception culturelle, mais on aurait des smartphones qui calent !".

Un partage 50 / 50 ?

Comment arbitrer le dossier des fréquences 700 MHz ? Pour le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), c'est l'équité qu'il faut viser. L'un de ses membres, Emmanuel Gabla, pense qu'il ne faut pas privilégier un secteur par rapport à un autre. "Chacun doit faire des efforts […] pour faire en sorte que les fréquences soient utilisées de manière un peu plus efficace".

La bande devra être partagée entre les chaînes de télévision et les opérateurs de téléphonie mobile. C'est du moins ce que suggère Emmanuel Gabla, rappelant que c'est cette voie qui a été suivie lors de la répartition du premier dividende numérique. "C'est la même chose pour cette bande 700 MHz, afin de passer toutes les chaînes en haute définition et de lancer de nouveaux services".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés